N°117

24 novembre 2008

 

 

"Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants"

Cette citation attribuée à Antoine de St Exupéry que j’ai découverte récemment m’a profondément marqué. C’est une invitation explicite à se décentrer de soi, à sortir de nos égoïsmes et à penser à la génération future. J’ai été d’autant plus interpellé que je suis un tout jeune père et prend conscience grâce à ma fille de toutes ces questions liées à la transmission. Quel monde leur laisserons-nous ? Ma fille me rappelle finalement que je ne suis qu’un maillon de la chaîne. Reste à savoir quel maillon je désire être.

On a tous entendu parlé de l’émission le "maillon faible". L’article de José Garcia nous parle justement de ces personnes qui sont considérées ainsi du fait de leur maladie.
Le livre récent de Gilles Rebêche qui a été le thème de la sortie de Lérins nous montre justement que c’est en faisant confiance à ces "maillons faibles" et en leur donnant une juste place que nous pourrons construire une société plus solidaire que nous serons fiers de transmettre à nos enfants.

Ludovic Teillard
Directeur du centre ressources de l'UDV

La santé mentale en question !

"Santé mentale et psychiatrie : le défi de la liberté, regard sur des logiques contradictoires"*

"Les inégalités de santé, nouveaux savoirs,
nouveaux enjeux politiques"**

Ce sont les titres des deux congrès qui se sont tenus récemment à Marseille auxquels Promo-Soins Toulon a participé. Une occasion de participer à la réflexion collective, de faire partager son expertise de terrain et d’échanger avec d’autres acteurs de la santé mentale.

La psychiatrie est en crise, interpellée, de plus en plus et par de nombreux acteurs, elle est en difficulté à cause du manque de moyens et de la complexité de son organisation. En effet, les secteurs n’arrivent pas à répondre aux nouveaux besoins des patients. Ils sont de plus en plus nombreux à errer dans la rue ou à rester isolés, en rupture de soins, dans leurs appartements.

Ce sont donc les travailleurs sociaux qui sont confrontés à la nécessité d’accompagner la maladie mentale. Face à cet impératif, ils ont développé des savoir-faire innovants.

Par ailleurs, les lois du 4 mars 2002 et du 11 février 2005, apportent une avancée dans la reconnaissance du handicap psychique : le respect de la parole des usagers et des familles, mais hélas, la souffrance psychique est encore trop souvent assimilée à la folie et à la dangerosité.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un paradoxe compliqué à gérer : d’un côté, on proclame les droits des usagers et de l’autre, quotidiennement, des personnes sont victimes des conditions difficiles de l’exercice de la psychiatrie, et de l’insuffisance des moyens réels d’accueil dans la cité, qui les renvoient dans la rue ou en prison.

Le constat des observatoires régionaux de santé montre que "les inégalités de santé s’accroissent et semblent se transmettre entre générations."

Dans le cadre de la santé mentale, Vincent LORANT, sociologue de l’Université Catholique de Louvain en Belgique explique que "les populations les moins favorisées qui bénéficient de soins de moins bonne qualité, ont une moins bonne réponse aux traitements pharmacologiques et psychothérapeutiques."

Les écarts de santé se creusent entre classes sociales, vis-à-vis des pathologies émergentes (comme l’obésité) ou chroniques, tels les handicaps en matière de santé mentale.

Lors de ces deux congrès, de nombreux ateliers ont permis d’échanger sur des idées innovantes, de réfléchir à de nouvelles pratiques afin de lutter contre la discrimination, de favoriser la prévention et de réduire les inégalités de santé.

* Congrès de la Croix Marine
** Congrès Observatoire Régional de la Santé

Plus d'info
José Garcia
Promo-soins Toulon
04.94.91.50.10 - [email protected]

Le mémo
-
 Télécharger le poster présenté par Promo-Soins Toulon lors du Congrès de l'Observatoir Régional de la Santé



Les moines de Lérins célèbrent les années de la diaconie

Par une belle journée, plus de 200 personnes se pressaient samedi 8 novembre 2008 sur l’île Saint-Honorat à l’invitation des moines de Lérins qui souhaitaient s’associer aux années de la Diaconie. Pour organiser cette journée, la communauté monastique s’appuyait sur le concours de la Fraternité Saint Laurent et sur celui de la communauté nouvelle Fondacio.

Accueillis à l’entrée du monastère par le père abbé, Dom Wladimir, les invités prenaient place dans l’abbatiale pour une première conférence du diacre Gilles Rebêche, à partir de la phrase de saint Paul : "par amour, mettez-vous au service des uns des autres".
Ce premier enseignement sur la diaconie permettait ensuite de choisir un atelier sur l’un des sept thèmes proposés :
- la diaconie, un art de vivre en frères,
- la diaconie, des gestes de simple humanité,
- la diaconie ou le partage des savoir-faire,
- la diaconie, une espérance à célébrer,
- la diaconie, des lieux où renaître,
- la diaconie, l’accueil de l’étranger,
- la diaconie, la voix des sans-voix.
Parmi les animateur(trice)s, on notait des responsables d’associations de l’Union diaconale du Var, des animateurs de la délégation varoise du Secours Catholique, des membres de la Communion Saint Lazare, du GAIC (groupe d’amitié islamo-chrétienne) et de la communauté Ecclesiola.
Plusieurs paroisses avaient fait le déplacement : Bormes-les-Mimosas, Draguignan, Hyères, le Beausset, Le Mourillon, les Adrets, les cathédrales de Toulon et Fréjus, La Garde, Six-Fours-les-Plages, La Seyne-sur-Mer et Mar Vivo. Certains venaient pour la première fois avec l’intention de mieux découvrir la diaconie et pourquoi pas de trouver un lieu d’engagement bénévole. C’est d’ailleurs l’un des objectifs de ces années de la diaconie : permettre à tous de trouver un lieu où servir et prendre soins du lien social.

Le repas fraternel partagé en plein air dans les jardins de l’hôtellerie a permis de nombreuses et belles rencontres.
L’échange-débat de l’après-midi a fait remonter des questions de fond pour cette nouvelle année, comme :
- comment sensibiliser nos paroisses à la réalité de la diaconie ?
- comment développer la pastorale du deuil ?
- comment vivre en frères ?
- comment développer des temps de fêtes et de convivialité dans nos communautés ?
- comment aider nos associations à rester des lieux de convivialité, où l’on fait la fête avec les plus pauvres, et ne pas être seulement des espaces de distribution de services et de gestion technique des problèmes ?
- comment mettre en valeur les talents de chacun pour développer le service et l’entraide fraternelle ?

Plusieurs initiatives ont été évoquées (tables ouvertes, caravane de l’Espérance, pèlerinage de confiance, groupe de parole, chorale, etc.).
La messe chantée par les moines et accompagnée par la chorale de la Fraternité Saint Laurent, chœur espérance, a conclu cette belle journée qui enracinait les années de la diaconie dans cet antique lieu de prière. Le père abbé a assuré tous les participants de la prière fidèle et constante des moines pour que ces années de la diaconie portent du fruit dans tout le diocèse !
Le premier grand événement des années de la diaconie a permis de rassembler de nouvelles énergies pour le service des pauvres et l’animation diocésaine.

Plus d'info
Martine Dété
Fraternité St Laurent
04.94.89 09 47 - [email protected]

 

 

 

Le programme de formation du SYFORM pour les mois de novembre et décembre est téléchargeable ici!

 

 


IOTA est la lettre électronique d'informations de l'union diaconale du Var http://www.udv-asso.fr
Ecrivez-nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)