N°118

8 Décembre 2008

 



Bénévoles dans la lutte contre l'exclusion

 « J’ai cru à l’amour. C’est la seule solution possible, la seule réponse, l’échec c’est de ne donner assez » Armand MARQUISET (fondateur de l’association des petits frères des Pauvres)

Cette citation aurait pu être, le slogan de la journée mondiale du bénévolat qui a eu lieu le vendredi 5 décembre 2008.
A cette occasion, le Secours Catholique, le Secours Populaire, Solidarités Nouvelles contre le chômage, ATD quart monde, l’Union diaconale du Var, le Comité du 17 octobre, la DDJS et les petits frères des Pauvres ont participé à une table ronde et un débat ayant pour thème :« Bénévoles dans la lutte contre l’exclusion ».
A l’origine, cette journée Mondiale du Bénévolat a été crée par l’ONU en 1985, afin de promouvoir le travail des bénévoles, pour le développement économique et social, et pour mettre en avant le rôle joué par les structures associatives.
Pour nous, le bénévolat est une façon d’exprimer ce qui devrait être la solidarité naturelle entre individus. Une relation d’échange fraternel animée par un esprit de générosité.
Pour les bénévoles qui interviennent dans la lutte contre l’exclusion, s’engager, c’est offrir leur temps libre dans le cadre associatif, pour des personnes qui ont besoin d’être écoutées, entourées et accompagnées.
Cette journée a eu le mérite de réunir des personnes en recherche de bénévolat, mais aussi des bénévoles et des salariés de diverses associations, ainsi que des élus locaux.
Les diverses réactions des personnes présentes, nous confortent dans l’idée de continuer à mener ce type d’action, afin de mobiliser les forces vives que sont les bénévoles, et permettre à chacun de s’exprimer et se réaliser.


 Rita, bénévole Petits frères des Pauvres Toulon
Didier, coordinateur Petits frères des Pauvres sur le Var

Texte Intervention de Gilles Rebêche



Jeunes en prison : fin ou début des problèmes?

Dans le cadre des 15èmes journées  nationales des prisons, le GRIP de la Farlède, (Groupe de Réflexion Intervenant en Prison) dont fait parti l'association Les amis de l'Horeb, a organisé une rencontre-débat autour du thème national : "Jeunes en prison, début ou fin des problèmes?"

Mardi 2 décembre, une soixantaine de personnes, parmi lesquelles des familles de détenus, donateurs de l’association des amis de l’Horeb, bénévoles, visiteurs de prisons, sont venus échanger autour de cette question. Pour apporter des éléments de réponse, deux spécialistes passionnés par leur métier, Marlène Mary, responsable du dispositif insertion de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse), et Maître Durand, avocat pour mineurs, nous ont tenu un discours sincère.

Après un rappel des dates clés, retraçant l'évolution des lois sur les problématiques judiciaires chez les mineurs, Maître Durand nous a fait entré dans le vif du sujet, en présentant les différents types d’infraction : contravention, délit et crime. Puis, un état des lieux des différentes structures pénitentiaires pour les moins de 18 ans, nous a éclairé sur les conditions d’incarcération :
- Les EPM (établissements pénitentiaires pour mineurs)
- Les centres éducatifs fermés
- Les centres éducatifs renforcés

Malgré les efforts réalisés au fil des années pour développer le côté éducatif de ces structures, l’actuel débat sur les jeunes et la prison semble glisser vers un système de plus en plus répressif, remettant en cause l’ordonnance de 1945. Par ailleurs la faible durée d’incarcération des jeunes dans ces établissements (2,5 mois en moyenne) interroge sur leur efficacité. "Je ne dis pas que la prison ne doit pas exister. Mais elle doit rester une orientation ultime, pour certains mineurs, pour certains délits, et pour une certaine durée." déclare Madame Mary.

Le débat a ensuite provoqué des réactions assez vives dans l’assemblée, notamment sur la responsabilité des parents dans la délinquance des jeunes: "les parents sont responsables de l’éducation de leurs enfants. S’ils s’occupaient un peu plus d’eux, on n’en serait pas là... ".
Ces quelques remarques ont fait monter le ton de l’échange : "Il ne faut pas regarder que cet aspect du problème, mais remonter plus loin, et analyser pourquoi ces familles vivent des situations aussi dramatiques… c’est souvent lié à leurs conditions de vie... parfois dans un contexte de misère."
   
Vers 18h30, le débat se clôture.
L’enfermement permet-il à ces jeunes de rompre avec la délinquance ? Il est très difficile de donner une réponse toute faite à cette question.  Celle-ci ne peut se satisfaire d’une seule réponse étant donnée sa complexité. Elle englobe des problématiques tant sociales, qu’économique, et familiales. Un élément a néanmoins mis tout le monde d’accord : le plus important, c’est de replacer l’Amour au sein des familles.
Et Mme Mary de finir : "Aimez-les ces jeunes! ils ne demandent que ça, et ils vous le rendront bien".
 

Plus d'info
Les amis de l'Horeb
Véronique Brosset
  [email protected]
http://www.horeb.fr/




Chrétiens et musulmans à la rencontre
dans le Var

Les 4èmes semaines de rencontres islamo-chrétiennes se sont tenues dans le Var entre le 16 et le 28 novembre,  à l’initiative du "Service des relations avec l’islam" du diocèse et de l’Union des associations des musulmans du Var (UAMV).

L’AUMONE, THEME DE LA SEMAINE
Dimanche, pour l’ouverture de la semaine, deux rencontres particulièrement sympathiques ont eu lieu à La Garde et à Lorgues. Le thème de l’aumône était au cœur des débats : chrétiens et musulmans ont présenté le sens de l’aumône dans chacune de leurs religions. Puis un pot de l’Amitié a suivi, dans une ambiance conviviale. La présence de deux étudiantes colocataires, Gwénola et Khadija, l’une catholique l’autre musulmane a marqué les esprits. Faisant studio commun, elles étaient l’exemple concret et vivant du dialogue interreligieux pratiqué tous les jours.
                   
Ce même thème était repris le  mercredi soir à Toulon, lors de la conférence-débat à l’ISEN, école d’ingénieurs de l’électronique et du numérique, co-animée par Abdelsalam Souiki, venu spécialement de Marseille, et le diacre Gilles Rebêche.


L’AUMÔNE, C’EST AUSSI LE PARTAGE
Le samedi soir, au pied des tours de la cité Pontcarral à Toulon, chrétiens et musulmans se sont rassemblés au centre d’animation de l’Escaillon pour un dîner partagé. De nombreuses mamans du quartier étaient venues avec leurs enfants apportant un plat pour alimenter le buffet dégusté dans une ambiance chaleureuse !



Quelques enfants de la cité, tout en blanc, eurent un très vif succès en interprétant quelques chansons en français et en arabe. A la fin du repas, Saliha Nebbali, jeune marocaine bénévole au Secours Catholique, nous a parlé avec beaucoup de délicatesse des difficultés de son arrivée en France qu’elle raconte dans son livre témoignage  « Je reviendrai un jour… » (www.gehess.fr)


Dimanche après-midi à La Seyne sur Mer, de nombreux jeunes de la cité Berthe et de la paroisse du quartier, animés par quelques adultes dévoués, chrétiens et musulmans, se sont livrés à un tournoi de foot très dynamique. Bien sûr les équipes étaient "islamo-chrétiennes", ce n’était pas "chrétiens contre musulmans".


Le vendredi suivant était organisé un nouveau dîner partagé, à Draguignan cette fois, où tous ont pu goûter la joie de découvrir l’autre, de se connaître pour mieux se comprendre, d’agir pour la Fraternité et la Paix.

A la fin de cette grande semaine une douzaine d’acteurs chrétiens et musulmans étaient invités à dîner par Monseigneur Dominique Rey, l’évêque du diocèse. L’occasion de faire un premier bilan de ces rencontres 2008. Gwénola et Khadija, les deux jeunes étudiantes qui pratiquent quotidiennement la rencontre et le dialogue, étaient conviées à la fête. Elles furent le symbole de cette fraternité recherchée.

Plus d'info
Groupe d'Amitié Islamo-Chrétienne
Daniel Gazeau
[email protected]

 

 

Le programme de formation du SYFORM pour les mois de novembre et décembre est téléchargeable ici!

 

 


IOTA est la lettre électronique d'informations de l'union diaconale du Var http://www.udv-asso.fr
Ecrivez-nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)