N°121

20 Janvier 2009

 



La diaconie en fête

Les périodes de fin d’année propices à la fête ce sont illustrées récemment par deux évènements importants dans la diaconie, chargés de rencontres fraternelles.

L’association Aviso a organisé le 20 décembre dernier un réveillon de solidarité réunissant 70 personnes d’horizons très variés, qu’un repas festif à permis de rapprocher. C’est ainsi qu’ont pu se rencontrer dans la joie, des sans abri, des familles Roms, des personnes handicapés, des personnes en insertion, des bénévoles et des voisins de l’association. Un beau moment de convivialité que l’association partage sur son tout nouveau site Internet !

Et puisque le mois de Janvier est traditionnellement le mois des vœux et des galettes, le comité des années de la diaconie a saisi cette occasion pour rassembler plus de 500 personnes, associations, paroisses, communautés, mouvements, familles, jeunes et moins jeunes, dans une ambiance très chaleureuse le 10 janvier à la Castille. Ce nouvel évènement des années de la diaconie s’est achevé par un partage festif de la galette : trois rois mages accompagnés de vrais chameaux ont déambulé sous le chapiteau, sous les yeux ébahis des petits et des grands !

En ces années de la diaconie, chacun va de l’avant, chacun construit son chemin de service, que ce soit dans l’action quotidienne à l’exemple des Amis de Jéricho et du Samu social de l’aire toulonnaise, ou par le témoignage comme l’expérimente Salhia NEBBALI en publiant son livre "Je reviendrai un jour" !

Sigolène Fournier
Service communication de l'UDV



Après le déménagement…

Les amis de Jéricho et le Samu social de l’aire toulonnaise ont déménagé à la fin de l’année pour permettre aux travaux de la maison Providence de démarrer. Les cartons étant presque tous vidés, la vie s’organise dans ces nouveaux lieux de vie et de travail social.

Le "Jéricho 2", comme l’appellent certains salariés et accueillis, est beaucoup plus lumineux, a peu près aussi grand et un peu plus excentré que le "Jéricho 1".
"On avait peur que la fréquentation diminue à cause de l’éloignement", nous confit Karim Bouzar, directeur des amis de Jéricho. "Finalement, la clarté, la propreté des locaux et surtout leur fonctionnalité rendent le lieu agréable à vivre et le public semble satisfait. S’il fallait mettre un bémol il concernerait la cour extérieur qui est vraiment plus petite et moins ensoleillée qu’à la maison providence." C’est autour du petit déjeuner et du repas que la fréquentation est la plus haute. L’après-midi, l’ambiance est plus tranquille qu’avant mais la reprise progressive des ateliers devrait rééquilibrer les journées.
Le service de domiciliation fonctionne toujours avec autant d’adresses (environ 700) et la bagagerie et déjà presque pleine (70 casiers occupés sur 80).
L’atelier informatique a déjà repris malgré quelques soucis avec Internet. Le service insert sport, très peu influencé par le changement de locaux, propose toujours foot, aquagym, randonnées et équitation. Les ateliers "Esthétique" et "Alphabétisation" reprennent cette semaine et le coiffeur a fait sa première coupe mercredi dernier. Enfin, l’atelier écriture vient lui aussi de redémarrer. Anna, qui vient manger chaque jour à Jéricho et participe à un atelier d’écriture, apprécie particulièrement la nouvelle bibliothèque très lumineuse, grande et agréable.

Luminosité, ce qualificatif qui revient dans tous les commentaires a l’air de déteindre sur l’ambiance générale et la qualité des échanges…
Ce nouvel espace d’accueil sera inauguré le 26 janvier à 17h30 : l’occasion de remercier tous ceux qui ont rendu possible ce déménagement et de remettre en perspective la prochaine étape : l’installation définitive dans une maison providence reconstruite.

A deux pas de là, le Samu social de l’aire Toulonnaise a lui aussi intégré sa nouvelle base fixe, à côté de l’unité d’hébergement pour femmes "St Joseph". Chacun ayant participé aux travaux, et personnalisé son espace de travail, l’équipe apprécie aujourd’hui le changement. "A la maison providence, nous avions choisi d’agencer les bureaux en Open Space" précise Pierre Gaillard, directeur du Samu social, "mais avec l’augmentation de notre activité, ce choix n’était plus pertinent. En intégrant les nouveaux locaux, chacun a pu retrouver un espace privilégié pour assurer sa mission et l’ambiance de travail est ainsi facilitée". Dans cette aventure, les équipes salariées et bénévoles ont réussi un joli tour de force : aucune interruption d’activité n’a eu lieu malgré le déménagement !

Avec un bilan d’activité en augmentation sur leurs deux unités d’hébergement (La coquette et St Joseph) et sur l’unité mobile (bus de nuit), une mission d’astreinte continue (y compris week-end et jours fériés depuis peu), et l’accompagnement social des personnes accueillies, le travail ne risque pas de manquer.
C’est d’ailleurs ce que soulignait Alain Boisson, Président du Samu social, dans ses vœux aux bénévoles et salariés en disant : "Chers amis, 2009 est là. Je ne pense pas que nous puissions envisager de répit. Nos accueillis doivent pouvoir compter sur nous cette année encore."

Plus d'info
Les amis de Jéricho
28, rue du Commandant Jean Lhoste- 83100 Toulon
04 94 23 99 03 - [email protected]
Samu Social de l'aire toulonnaise
28, rue du Commandant Jean Lhoste- 83100 Toulon
09 74 53 35 59 - [email protected]
 




"Je reviendrais un jour…", le livre témoignage d’une jeune marocaine.

Saliha NEBBALI, est une jeune femme de 24 ans, qui a fait ses études de Droit Public au Maroc, est entrée à l’association Comité d’Accueil, d’Animation et d’Alphabétisation (CAAA) en 2006 pour se perfectionner en français.

Depuis, Saliha s’est engagée activement et elle est devenue bénévole au Secours Catholique, elle partage la convivialité et la solidarité avec des femmes de différents pays dans le groupe interculturel Hevra. Elle participe également à l'animation d'un atelier récréatif pour des enfants à la tente d’Abraham et fait partie du groupe de jeunes Solid'Amitié.
Après une arrivée en France compliquée et douloureuse, elle décide de raconter son expérience dans un livre témoignage…
Rencontre avec l’auteur :

"Ecrire est une action qui n’est pas toujours facile, cela est mon point de vue, surtout quand il s’agit d’exprimer ce que l’on pense et ce qu’on vit. J’ai écris mon texte au début en langue Arabe après il a fallut un long travail de réflexion afin de traduire le texte en français pour m’adresser à un lecteur Français et Arabe."

Comment vous est venu l’idée de faire partager votre témoignage ?
"Le relais étranger du Secours Catholique m’a proposé de présenter mon témoignage en direct, à l’occasion de la Journée Mondiale du Refus de la Misère 2006, devant le public rassemblé sur la place des droits de l’Homme à la faculté de droit à Toulon. J’ai réfléchit longuement et j’ai pris la décision d’accepter de parler devant ces différentes personnes qui étaient toutes rassemblées pour écouter l’Autre qui souffre...
Mon témoignage ce jour là racontait comment le refus de me donner un visa (par l’Ambassade de Casablanca) pour pouvoir venir en France légalement, afin de terminer mes Etudes Supérieures dans de bonnes conditions, près de mes parents, me privais de réaliser mon rêve d’enfance de devenir cadre supérieur en domaine politique."


Du témoignage oral à la rédaction d’un livre, il y a un peu plus qu’un pas…
"Quelques temps après mon arrivée en France, je me suis jurée de prendre ma plume et de commencer à écrire ma vie. J’écrivais durant la nuit à la lueur de ma bougie. J’ai écris ce livre pour exprimer les causes qui m’ont incitées à quitter mon pays natal que j’aime, et les mauvaises circonstances qui ont rendu infructueux tous mes efforts pour étudier. Je me trouve privée du simple droit de vivre librement comme les autres, je me retrouve face à la peur de l’inconnu, et d’être expulsée un jour. Mais je dis souvent cette phrase : la personne qui souffre, c’est la seule qui sait la gravité de sa souffrance et sa profonde blessure. J’ai eu envie de faire passer mon message, de toucher l’opinion publique qui a un véritable esprit solidaire…"

"Je reviendrais un jour", de Saliha NEBBALI, publié aux éditions Gehess, sortira ce 19 janvier 2009. Des séances de dédicaces auront lieu dans les librairies toulonnaises prochainement, nous vous tiendrons informés dans la rubrique Rappels de Iota.

Plus d'info
Fabienne Chaudy
Secours Catholique du Var
04 94 89 72 00
Gehess Agence Editoriale
04 94 71 46 64
[email protected]
www.gehess.fr

 

 

Le nouveau programme de formation du SYFORM pour l'année 2009 est téléchargeable ici ! 


IOTA est la lettre électronique d'informations de l'union diaconale du Var http://www.udv-asso.fr
Ecrivez-nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)