N°124

2 mars 2009

 



L'engagement

Je me souviens des paroles d’un ermite des temps modernes : « N’écoutant que mon courage qui ne me disait rien, je me gardais bien d’intervenir ».

La notion d'engagement renvoie à de multiples significations, apparemment très éloignées : deux personnes qui s’engagent l’une envers l’autre, le délégué de classe qui représente les élèves, ou encore tous ceux qui donnent un peu d'eux-mêmes dans les associations. L'engagement est le fait de  se donner soi-même en gage. S'engager, c'est par conséquent prendre une responsabilité que l'on n'était pas obligé de prendre, et qui comporte une part de risque. 
Si de nombreuses personnes ont attendu leur retraite pour s’engager dans la vie associative, il n’en demeure pas moins que, de plus en plus de jeunes actifs, qui ne veulent pas que leur vie se réduise au seul jeu de l’homo-economicus, s’impliquent. Certes, ils ont peut être moins de temps à consacrer, mais ce qui compte, c’est la qualité de l'engagement.
Le mode de fonctionnement de l'association Garrigues est un bel exemple d'engagement, comme moyen d'insertion. Elle se base sur la confiance et l'implication de personnes en difficulté, qui font tourner elles-mêmes l'association.
Les assises nationales d'Habitat et Humanisme sur le thème de l'insertion, qui se sont tenues fin janvier, ont aussi été l'occasion de réfléchir sur l'engagement bénévole.

L'engagement personnel offre donc un vaste champ d'actions dans lequel chacun peut y tracer son sillon, pour y semer et faire germer les solidarités.

Jean-Paul Jambon
Secrétaire d'Habitat et Humanisme Var


Garrigues : l'implication, chemin d'insertion

Mercredi dernier, l’association Garrigues, qui développe des activités dans le domaine de l’économie solidaire en zones rurales, organisait son repas mensuel à Cotignac, avec ses personnes impliquées.  

                  

Avant de se rendre au repas, Patrice se rend sur la place du village pour faire   ses courses au camion d’épicerie solidaire itinérante, tenu par 2 personnes, elles-mêmes bénéficiaires/impliquées dans l’association.
«Je suis Rmiste et j'ai un logement précaire. J’ai fait un bilan avec Katia tout à l’heure, et on a travaillé sur mon budget. Comme c’est un peu serré pour moi en ce moment, je fais des économies sur le poste nourriture en faisant mes courses à l’épicerie. Mais c’est une aide provisoire, le temps que ma situation se stabilise.»
                        
Garrigues intervient dans 4 grands domaines d’activités :
-   l’épicerie solidaire itinérante
-   une plateforme mobilité (transport à la demande, location de mobylettes, co-voiturage solidaire, service d’aide au transport)
- une plateforme multiservices (atelier récupération/restauration de meubles et d’électroménager, service d’aide à domicile)
- des ateliers et temps conviviaux d’animation : atelier cuisine, décoration, poterie, musique et chant, informatique, jardin etc.
 
A Garrigues, on ne parle pas de bénévoles. L'association, c'est 5 salariés et 70  personnes impliquées.
Katia, conseillère en insertion sociale et professionnelle, explique : « L’implication est une spécificité de l’association. Les personnes bénéficiaires sont aussi impliquées dans l’association, qui tourne grâce à elles. On cherche ensemble quelle implication correspond le mieux aux attentes, aux compétences et au savoir-faire de chacun. Souvent d’ailleurs,  elles ont peur de ne pas y arriver. Pour tenir la caisse du camion par exemple, beaucoup nous disent « je n’y arriverai pas, je ne sais pas compter. » Au bout de 2 semaines elles tiennent la caisse  seules. »
« L’objectif de la démarche est de leur faire prendre progressivement des responsabilités, leur redonner confiance en elles, pour rechercher un travail. » précise Jean-Louis, référent insertion, également chargé de l’accueil.
 
Avant que le repas ne commence, l'ambiance est à l'amusement. Dylan  et Jean Louis jouent un peu de guitare, et Georges André, magicien plus connu sous le nom de "Magic Georges", nous fait patienter avec quelques tours. Il vient aussi régulièrement pour  animer des ateliers et transmettre quelques secrets. « j’ai commencé la magie à 14 ans. J’ai fait une belle carrière : télévision, tour du monde, et rencontré plusieurs stars. Et un jour on vous met au placard, et je me suis retrouvé Rmiste. » « Aujourd’hui, je continue ici, ça me permet de leur apporter un peu de bonheur. »
 
Ce repas mensuel est un vrai temps de convivialité. Ici, chacun a sa place, et tout le monde est sur le même « pied d’estale »  comme dit Michèle, impliquée dans l’association.
Un vrai lien se crée entre les personnes, qui les aide à rompre l’isolement.
 
Pour ce qui est des perspectives, Garrigues pense développer un camion d’Art. A l’aide d’un vieux camion d’épicerie, ils souhaitent organiser ponctuellement, des ventes itinérantes, pour vendre les productions réalisées dans le cadre des ateliers : meubles, objets déco etc. 
Un projet qui verra sans doute le jour courant 2009!

Plus d'info
Association Garrigues
Matthieu Galand
[email protected]
04 94 59 96 63

 



L'apport spécifique du bénévolat dans l'insertion

Du 30 janvier au 1er février 2009, se sont tenues les journées nationales d’Habitat et Humanisme à Lyon, qui ont lieu tous les 2 ans. Cette rencontre, réunissant salariés et bénévoles de l’association, a rassemblé entre 250 et 350 personnes. L’objectif était de réfléchir autour d’un thème :
« Quelle insertion pour quel modèle de société ? »


Plusieurs intervenants ont alimenté cette réflexion.
Gilles Rebêche, diacre et administrateur d’Habitat et Humanisme Var, est venu animer un atelier : « l’apport spécifique du bénévolat dans l’insertion ».
 
Voici un extrait de son intervention

Comment peut-on imaginer une association type Loi 1901 sans bénévole ? Pourtant à l’heure où l’insertion est devenue un « vrai métier », certains pourraient être tentés d’imaginer, pour des questions de « productivité, de « résultats qualifiables », de créer une « économie du social » seulement entre professionnels et sans bénévole. Autant vous dire d’emblée que je ne partage pas ce point de vue au moins pour deux  raisons :

 - Le professionnalisme n’est pas synonyme de « travail salarié ». « Habitat et Humanisme » en est d’ailleurs un bel exemple. Les bénévoles jeunes retraités, issus des métiers de l’équipement, de l’immobilier, de la finance, du travail social, des Ressources Humaines gardent leurs compétences professionnelles. Bénévoles et salariés sont tenus, dans le travail associatif, à être de vrais professionnels quelle que soit leur fonction.
[...]
 - Pour rester dans la société civile des « corps intermédiaires » , au même titre que les partis politiques ou les syndicats, les associations doivent rester des forces citoyennes collectives de transformation sociale. Sans bénévole actif au moins dans les conseils d’administration, les associations perdraient cette compétence et cette qualification.

Quel est l’apport spécifique des bénévoles ?

Les bénévoles ont cinq missions :
 - être des humanistes de l’habitat,
 - être des bien-fêteurs,
 - être des pontifes,
 - être des pierres de gué,
 - être des médiateurs

En conclusion, être bénévole, c’est une manière d’être heureux. Être capable de dire son bonheur, de faire quelque chose qui est important, d’avoir des amis de tout milieu, c’est la meilleure façon de recruter de nouveaux bénévoles.

Pour cultiver ce bonheur, il faut s’en donner les moyens :
Ne pas se prendre la tête
Veillons à cultiver l’humilité et le bon sens comme la compétence prioritaire de notre mission de bénévole

  - Cultiver l’humour
Un ami aimait à dire : l’humour c’est la contraction du mot « humilité et amour ». Savoir rire de soi-même, ne pas trop se prendre au sérieux. C’est une bonne médecine pour rester un bénévole heureux, prêt à partager son bonheur d’avoir un rôle spécifique dans l’insertion.

  - Promouvoir l’économie solidaire
En opposition à l’économie marchande définie comme l’économie des biens, l’économie solidaire se définit comme l’économie des liens.
« Habitat et Humanisme » est un maillon important de cette économie solidaire car notre  mouvement agit dans des domaines aussi variés que la recherche foncière, la promotion de l’épargne, la construction de logement, la communication, le mécénat, et l’accompagnement social….
Et, dans chacun de ces domaines, le bénévolat reste une pièce maîtresse de performance et de réussite.

Retrouvez l'intégralité de la conférence

 

Plus d'info
   Habitat et Humanisme Var
04 94 62 43 10

 

 

 

Le nouveau programme de formation du SYFORM pour l'année 2009 est téléchargeable ici ! 


IOTA est la lettre électronique d'informations de l'union diaconale du Var http://www.udv-asso.fr
Ecrivez-nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)