N°163
  8 Novembre 2010

 

 

L'économie sociale et solidaire

Depuis maintenant 8 ans en région PACA et 3 ans au niveau national, le mois de novembre est celui de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). Dès le départ, l'objectif principal de la création d’un tel événement a été de rendre visible ce champ économique innovant et en croissance auprès des acteurs publics, des acteurs économiques et du grand public.
Porté principalement par des associations, coopératives, mutuelles et fondations, le Mois de l’ESS rassemble des manifestations permettant de faire connaître la richesse et le dynamisme de ce système qui concilie l’économique et le social. Cette année encore, l’UDV participe à l’organisation et l’animation des 4èmes rencontres varoises de l’ESS qui auront lieu le 16 novembre à la Seyne sur mer, sur le thème "Partageons une économie plus humaine" .
Si, depuis sa création, l’UDV a mis l’Economie Solidaire au cœur de ses projets de développement, c’est qu’elle en partage les valeurs, en plaçant l’Homme au centre de son action, et en développant des réponses innovantes et durables. 
C’est dans cette même optique, que ce 163ème numéro de Iota vous présente la journée de réflexion sur l’autoproduction accompagnée organisée dans le cadre des "Rencontres de l’IRIS", et revient sur les Journées nationales d’études de l‘ANAS qui se sont tenues à Marseille le 7 novembre.

Quentin Frossard
Mission économie solidaire de l'UDV

L’autoproduction accompagnée : un levier de changement en travail social

Le vendredi 26 novembre 2010, l’Union Diaconale du Var organise les 4èmes Rencontres de l’IRIS sur le thème de l’autoproduction, autour du livre de Guy Roustang et Daniel Cérézuelle  "L’autoproduction accompagnée : un levier de changement ".


Cette journée, organisée en lien avec l’Université du Sud – Toulon Var, sera l’occasion de parler de l’autoproduction, cet outil de travail social peu connu des professionnels de terrain et des responsables, et pourtant pertinent dans l’accompagnement au changement.

Qu’est ce que l’autoproduction ?
Donnons la parole aux spécialistes du PADES (Programme Autoproduction et Développement Social). Le principe est simple : "Faire, et en faisant, se faire". En d’autres termes, faire soi-même, et grandir et se construire par ce biais.
Concrètement, l’autoproduction renvoie à des pratiques très familières de la vie quotidienne. "Préparer un repas, s’occuper des enfants, bricoler, améliorer son logement, fabriquer un meuble ou un vêtement, cultiver des légumes ou des fleurs dans un jardin" sont autant d’activités qui entrent dans le cadre vaste et diversifié de l’autoproduction.
"En produisant des biens et services pour leur propre consommation et pour celle de leur entourage, les personnes expérimentent l’autonomie au quotidien", elles consolident leur capacité à répondre elles-mêmes à leurs propres besoins.

Une intervention sociale d'intérêt collectif 
Pour les personnes et les familles en difficulté, l’enjeu de l’autoproduction est immense : c’est un moyen idéal d’acquérir savoir-faire et estime de soi, et un pas concret vers une insertion sociale, voire professionnelle réussie. Car ces pratiques sont une occasion de coopérer, d’échanger, de donner. Elles sont un canal de rencontres, de découvertes et d’ouverture à l’autre. Elles ont le rôle, trop souvent négligé, de contribuer à construire et socialiser la personne. En devenant actifs dans l’amélioration de leurs conditions de vie dans le cadre de l’autoproduction accompagnée, les personnes touchées par la pauvreté et l’exclusion retrouvent une place dans la société.
Cependant, elles peuvent rarement se lancer seules dans ce type de projet. Elles ont besoin, plus que n’importe qui, d’être accompagnées d’un point de vue social, technique et financier. Elles entrent dès-lors dans le cadre de l’autoproduction accompagnée.
Dans cette démarche, le travail des accompagnateurs est, non de "faire pour", mais de faire ressortir, de développer le potentiel des personnes accompagnées en leur faisant faire, de leur rendre ou de leur faire découvrir les richesses et les ressources qu’elles ont en elles.
Pour ce faire, on développe, entre autres, des ateliers cuisine pour concocter ensemble de bons repas à base d’aliments sains, des chantiers d’autoréhabilitation de logements dont le but est de "se construire en améliorant son logement", des jardins familiaux afin de cultiver légumes et fleurs et d’éduquer à l’environnement et au développement durable.

Invitation à une conférence et des ateliers 
En organisant les 4èmes Rencontres de l’IRIS, l’UDV souhaite faire connaître l’autoproduction accompagnée au plus grand nombre : aux associations comme aux décideurs politiques et institutionnels, aux bénévoles et aux travailleurs sociaux.
"Faire avec" et non pas "faire pour" les personnes accompagnées, croire que chacun a les capacités d’être acteur de sa vie et membre à part entière de la société, inscrire un accompagnement social cohérent et global de la personne tout en participant au développement social local de son territoire, sont des valeurs que véhicule l’autoproduction accompagnée et que l’UDV souhaite partager et promouvoir.

Rendez-vous donc le 26 novembre ! (entrée libre et gratuite sur inscription)

Plus d'infos
IRIS
04 94 24 45 90

 

 
Les journées nationales d'études de l'ANAS 

Plus de 460 assistantes sociales sont venues de toute la France les 4, 5 et 6 novembre 2010 à Marseille aux Journées Nationales d’Etude (JNE) de l’Association Nationale des Assistants de Service Social (ANAS). Ces Rencontres avaient pour thème "Être professionnel aujourd’hui, de la contrainte à la créativité : transformons les freins en leviers" - "Sous le signe du 60ème anniversaire du code de déontologie, construisons la profession de demain".

                  
Sociologues, philosophe, psychiatre, travailleurs sociaux… y ont apporté leur analyse sur une profession qui évolue dans un contexte de crise économique sans précédent, afin d’ouvrir de nouveaux possibles dans l’Europe de demain.
 
Les freins et paradoxes
L’emploi est considéré comme la voie de l’insertion, impactant les politiques sociales et les dispositifs sociaux (RSA). Aussi, les AS sont tenus d’accompagner la personne vers l’autonomie par l’insertion professionnelle alors qu’il n’y a pas d’emplois pour tous et que le travail ne garantit plus la non vulnérabilité.
Le choix des personnes ne se situe pas entre emploi ou non emploi, mais plutôt sous la forme suivante : "est ce que j’accepte ce travail dans des conditions qui peuvent être problématiques ?"
Aujourd’hui, on a tendance à dire et à penser que les personnes portent seules l’entière responsabilité de leur échec. Le risque d’une telle dérive est de privilégier la “méritocratie“ ou à l’inverse, selon Jean Maisondieu, de développer la notion d’“autruicide“ qui consiste à déconsidérer l’autre.
En fait, plus on compte sur l’assistance pour lutter contre les problèmes sociaux et moins on est capable de régler les précarités structurelles et de lutter contre la pauvreté.

Les éléments de renouveau
La crise fait mentir la pensée selon laquelle les personnes n’ont pas d’emploi parce qu’elles ne veulent pas travailler, ce qui appuie plus la responsabilité collective, qu’individuelle .
De nombreux témoignages de renouveau ont été présentés lors de ces journées. Des exemples "de participation et de co-construction" ont été donnés comme la fiesta des suds, présentée par Fathi Bouaroua directeur régional de la Fondation Abbé Pierre, ou encore les chantiers d’autoréhabilitation dont nous a parlé Nathalie Castan des Compagnons bâtisseurs.

Quelle place à prendre pour les travailleurs sociaux de demain ?
 - Pour exercer leur métier, Gilles Rebêche les invite à exercer un rôle de sentinelle et de facilitateur imaginatif afin de permettre aux différents acteurs d’un territoire, de catalyser leurs expériences dans une perspective de travail social durable, inscrit dans un écosystème global.
 - Sylvie Quéval invite à faire preuve de sollicitude au sens de se laisser affecté, remué, bousculé par la souffrance d’autrui, qui va lui permettre d’être reconnu comme semblable.
 - Cristina De Robertis insiste sur l’importance d’affirmer ses compétences et incite les travailleurs sociaux à mettre en mots leur expertise.
 - Yvan Ferrier, Président de l’Association Nationale des Directeurs de l’Action Sociale et de la Santé des Conseils généraux (ANDASS) précise que les meilleures idées ne peuvent voir le jour du fait de l’organisation institutionnelle. Il relève le besoin d’assembler les différents acteurs sociaux, de savoir déléguer et prendre des risques pour permettre la réalisation de nouveaux projets au profit d’un accompagnement individuel ou d’actions collectives. Il suggère d’intégrer les travailleurs sociaux au sein des processus de décision et d’élaboration des projets pour surmonter les décalages entre les décisions et les réalités de terrain.

La déontologie, un soutien à la professionnalité
Il y a longtemps que les JNE n’ont pas eu lieu dans le Sud-Est. Marseille n’a pas été choisie par hasard. C’est en 1950, suite au Congrès de l’ANAS qui a eu lieu dans cette ville, que le code de déontologie a été adopté. 60 ans après, il garde toute son actualité et reste un repère. Pour fêter son 60ème anniversaire, l’ANAS a décidé de le rééditer en BD.






 Le mémo
Première synthèse de l’événement en attendant la parution de son compte rendu dans la Revue Française de Service Social

Plus d'infos
Site ANAS 
 [email protected]

 


Logement : début de la trève hivernale
La trève hivernale, qui interdit les expulsions locatives, a débuté le 1er novembre, et s'achevera le 15 mars 2011. Un répit de 5 mois et demi qui s'ouvre en ce temps de froid, pour les locataires en difficulté.

Hébergement d'Urgence
Concernant l'hébergement d'Urgence, aucune information à ce jour n'a été diffusée pour l'aire Toulonnaise.
Du côté de Fréjus, les Amis de Paola pourront accueillir 15 personnes par nuit dans un centre d'hébergement d'Urgence et d'insertion sociale pour personnes désocialisées
Plus d'infos

Semaine de la finance solidaire




La semaine de la finance solidaire a lieu du 3 au 10 novembre 2010 afin de sensibiliser le public.
En pleine croissance en France, la finance solidaire s'adresse à tous ceux qui souhaitent faire fructifier leur argent tout en y introduisant un mécanisme de solidarité.
Le principe est simple : les investisseurs qui choisissent de placer leur argent sur des produits financiers solidaires acceptent qu'une partie de l'épargne collectée soit investie au bénéfice d'activités citoyennes.

En route vers Diaconia 2013
Les 18 et 19 octobre derniers, a eu lieu une rencontre nationale des délégués diocésains à la solidarité à Paris, pour lancer officiellement Diaconia 2013 !
De nombreux événements, rassemblements et actions au service des plus démunis jalonneront cette marche jusqu'en 2013.
Plus d'infos

Urgence Bénévolat
Plusieurs associations Toulonnaises recherchent de façon urgente des bénévoles pour du soutien scolaire auprès d'enfants ou de jeunes. Disponibilité en soirée du lundi au vendredi ou le mercredi, selon l’association.
Merci de contacter le service bénévolat

L'association Familles Amitié Cité (ex CAE) communique sa nouvelle adresse mail : [email protected]

 

Le programme de formation du SYFORM pour l'année 2010 est téléchargeable ici ! 


IOTA est la lettre électronique d'informations de l'Union diaconale du Var http://www.udv-asso.fr
Ecrivez-nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)