Iota, Bulletin d'infos de l'UDV N°18
17 Mai 2004

EDITORIAL
Pâques nous invite à passer sur l'autre rive, de la mort à la vie. Sans doute nous faut-il renouveler au quotidien nos matins de Pâques pour inventer au sein de nos associations de nouveaux passages où inscrivent le respect et la dignité.

En ce mois de mai, Gitans, Manouches, Rom vont converger vers les Saintes Maries de la Mer pour y vivre un temps de rencontre, de partage, d'expression de foi. Un temps où, accueillis, regardés autrement, ils vont goûter de ce respect, de cette dignité trop souvent bafoués.

Oui, c'est bien ce passage vers l'autre rive que vont accomplir du 19 au 26 mai, des milliers de Voyageurs, venus de toute la France et des pays frontaliers, à la rencontre de Marie Jacobé et Marie Salomé, ces Saintes de Provence, chassées de Palestine, accueillies sur cette terre hostile de Camargue par Sara la Gitane et qui, depuis, n'ont cessé d'annoncer la résurrection du Christ.

Vivre de cette résurrection, c'est pour chacun redire chaque matin le oui à l'espérance plus forte que la mort, espérance de pouvoir stationner, espérance de pouvoir continuer à vivre au rythme de la musique, des paniers à tresser, au rythme des coups de marteau venant façonner le cuivre, au rythme des petits métiers (marché, cueillette, ferrailles, ravalement de façade…). Espérance qu'ils vont chercher auprès de Sara et des Saintes et dont témoignent ce cierge allumé, ce manteau déposé, ce toucher, ce baiser…

Puisse alors ce temps de pèlerinage qui mêle Gitans et Gadjé être source de respect, d'accueil de la différence qu'il nous faut plus que jamais garantir dès lors que la Loi, quand bien même nécessaire, semble prendre le pas sur l'homme vivant !

Homme vivant, homme debout, homme en chemin, homme libre ; liberté qui, durant ces quelques jours, éclate sur les terrains, aussi forte que le vent et qui résonne chaque soir dans la nef de l'église comme au matin de Pâques.

Respect, dignité, espérance, partage, rencontre : une invitation à recevoir pour passer sur l'autre rive, une invitation à partager ensemble aux Saintes Maries !


Claude DUMAS

Le 24 février dernier, le père Claude Dumas animait pour le Syform une formation sur les gens du voyage. Une vingtaine de représentants associatifs et de travailleurs sociaux du conseil général étaient présents. Cette formation, et un approfondissement seront reconduits dans le programme de formation 2004-2005. Ce numéro de Iota, permet de présenter un compte rendu de cette formation.

 

Historique des gens du Voyage…

Les récits oraux font remonter l’apparition des gens du voyage , ou, en dénomination commune, les « tsiganes », à partir de l’Inde où un grand seigneur mit sur la route une peuplade qu’il avait appelé pour faire de la musique et des danses. D’Inde, ils se sont répandus dans différentes régions, et, étant assimilés à ces espaces, se sont fait appelé différemment et ont développé des dialectes propres : Gitans pour le sud de la France, la péninsule ibérique et l’Afrique du Nord, Sinti (ou Manouches) en Europe occidentale, Rom en Europe centrale et orientale. Les Yenish sont issus de peuplades autochtones et assimilés aux tsiganes parce qu’ils ont le même mode de vie.
On les distingue aujourd’hui par leur véhicule ( minibus et caravane, porte-caravane, voiture et caravane…) par leur emblème (le hérisson pour les roms et sinti), par leur métier (rempailleur, chaudronnier, artiste du cirque) ou leur culture (danse, chants, musique)… et aussi par leur foi qui s’exprime dans les différents pèlerinages comme aux Saintes Marie de la Mer du 18 au 25 mai.

La date de la première mention officielle de présence Tsigane en France est de 1419. Ils venaient avec des lettres de références de princes de Bohème et combattaient pour le plus offrant. C’est pour cela qu’ils sont appelés « bohémiens ».
A partir de 1855, avec l’abolition de l’esclavage en Roumanie puis dans les autres régions d’Europe centrale, la France connaît une arrivée de Roms.

Les Tsiganes souffrent de leur particularité de nomades qui a du mal à être comprise des sédentaires. Ils ont en plus des coutumes particulières les rendant « étrangers ». On cherche une explication à leur manie de « passer »… de là à les identifier à des voleurs, il n’y a qu’un pas.
Les Tsiganes ont payés un très lourd tribu dans le cadre de l’holocauste : 500 000 morts, mais aussi un camps d’internement, près d’Arles à Saliers, de 1939 à 1945.

Les gens du Voyages et la législation…

Comment faire rentrer dans les cases de l'administration adaptée aux sédentaires des nomades ? Par la mise en place de frontières, de réglementations, il a plus été question de contrôle et de restriction pour amener à la sédentarisation que de respect de la particularité tsigane. En 1912, et dès l'âge de 5ans, un tsigane devait avoir sur lui un carnet visé par chaque commune à l'arrivée et au départ ; les véhicules ont une plaque particulière identifiant leur origine. Depuis 1969, la réglementation s'est assouplie et ce qui est le plus plébiscité est le carnet forain, moyennant patente, qui permet le plus de liberté.
La question de la citoyenneté des tsiganes, est aujourd'hui au cœur des questionnements : qu'ils soient sédentaires, en voie de sédentarisation, ou nomades que ce soit pour leur logement, la scolarisation de leurs enfants, leur travail.

Pour qu'a Toulon et dans le Var continue réflexion ensemble. Le Secours Catholique poursuivra la démarche de formation initiée le 24 février en organisant une autre formation au cours du deuxième semestre 2004.

Plus d'infos
http://www.unisat.asso.fr/accueil.html
Notre dame du Voyage,
1 rue de Bellegarde - 83100 Toulon tel 04 94 20 56 92

FENÊTRE SUR...

Un projet Immobilier pour la maison Providence.

En 1985, le diocèse se porte acquéreur des locaux d'un ancien garde meuble pour permettre à la diaconie de développer un restaurant social pour les sans abris de la ville.

En vingt ans, de nombreux projets ont vu le jour ou sont passé dans les locaux de la maison Providence.

Aujourd’hui, la Maison providence est gérée par l'Union diaconale du Var et abrite

  • Les associations association « Les amis de Jéricho » « Samu social de l’aire toulonnaise » et « Notre Dame du Voyage »
  • L’aumônerie des gitans et gens du voyage
  • Deux appartements
  • et des locaux communs (oratoire, salles de conférences, d’entrepôts)
  • Au cours des années, les différentes activités de la maison de sont organisée en fonction de l'espace, et à l'heure actuelle, de nombreux travaux d'entretient, d'aménagement et de mise au norme sont à accomplir (toiture, électricité, etc...)

    Le contexte immobilier actuel lié à l'évolution du POS et au projet de tramway de TPM a amenè la communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée à sollicité le concours de l’UDV pour réfléchir à un programme immobilier incluant l'actuelle maison providence et la maison qui lui est mitoyenne murée depuis des années et préempté par TPM.

    Ce programme, offrirait l’opportunité aux associations membres de l'Union diaconale et à leurs partenaires de repenser les espaces d'accueil en fonction de l'évolution des besoins de l'agglomération en matière d'équipements associatifs et sociaux.
    Ainsi, les infrastructures pourront elles s'adapter au besoins d'un public qui a beaucoup évolué depuis 20 ans et aux nouvelles problématiques rencontrées par nos dispositifs associatifs (ouverture du restaurant social à d'autre public, recherche de solutions d'hébergement, développement de projets d'économie solidaire, création d'espaces de services aux associations, etc.). Bien entendu la continuité des activités actuelle sera assurée pendant la période des travaux.

    Les opportunité offertes son nombreuse, en effet, si la maison providence représente aujourd'hui une surface de 1500M2, se sont prêt de 4000M2 de surface constructible qui pourraient être exploités dans le cadre de ce nouveau projet immobilier.

    Le travail autour de ce projet immobilier a commencé il y a quelques jours avec le début des travaux de démolition. Nous vous tiendrons au courant de l'évolution du projet dont l'objectif se profile à l'horizon 2006

    Pour plus d'infos
    Union diaconale du Var
    17, Bd commandant Nicolas
    83000 TOULON
    tél. 04 94 24 45 90

    Plus d'infos sur le Tramway :
    Sur le site de TPM
    http://tramway-tpm.com

    Sommaire

    Rappels...


    Communiquer...


    Boite à Outils

    logo udv
    IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
    Ecrivez nous à l'adresse
    [email protected]
    ou par courrier
    Centre ressources d'ingénierie sociale de l'UDV
    17, bd Cdt Nicolas
    83000 Toulon
    (France)