En cas de problème d'affichage, cliquez sur ce lien

N°202 - 31 Octobre 2012


Ouvrir la jeunesse à l’ESS !

Comme chaque année en novembre, nous entrons dans le mois de l’économie sociale et solidaire   Lire la suite

Se (re)connaître…

arche de méditerranoéMieux nous connaître, et comment évoluer ensemble. Tel était le thème du séminaire organisée par l’association Solidarités Est Var (SEV) le 5 octobre dernier. Lire la suite

Les colocs Lazare : une expérience qui redonne vie

Vivre en colocation avec des personnes sans domicile fixe, c’est le pari fou que propose l'association Maisons Lazare. Fondée par de jeunes professionnels chrétiens... Lire la suite


Période hivernale : dispositif du Samu social
Retour sur le 18 octobre
Opération coup de poing de la FAP
Nouvelle organisation de l'ARS PACA
Panorama de l'ESS

Lire les autres brèves

Ouvrir la jeunesse à l’ESS !

 
Comme chaque année en novembre, nous entrons dans le mois de l’économie sociale et solidaire.

C’est aux jeunes générations de relever le défi afin de trouver des réponses adaptées à la crise économique, écologique et sociale que nous traversons. Il s’agit avant tout d’une crise de sens et de valeurs. Et nous croyons que l’ESS peut apporter des réponses par des initiatives innovantes synonymes d’entraide et de solidarité permettant de redonner espoir aux jeunes générations.
C’est pourquoi, les 6èmes Rencontres Varoises de l’économie sociale et solidaire, se feront cette année autour de la jeunesse avec un événement central : le village des associations accompagné de débats et conférences thématiques, à l’Université de Toulon.
Une semaine de projections, conférences, débats, rencontres, dégustations aura donc lieu à La Seyne s/mer, Draguignan, Toulon et Université du Sud Toulon Var autour de différents thèmes : Consommer, acheter, manger, travailler, entreprendre, épargner, ou investir ( Voir programme).

Ce rendez-vous immanquable, est un temps d’échanges, de rencontres et de représentation des acteurs de l’ESS autour d’animations et de débats sur toute la France et sur le département du Var. Les acteurs chercheront à faire passer les valeurs et sensibilités liées à leurs actions afin de promouvoir et rendre visible ce champs économique par cet intermédiaire de favoriser et valoriser la mobilisation citoyenne pour une économie responsable. Cette initiative a été coordonnée et animée par la Fédération des œuvres laïques du Var au niveau local.
Et c’est avec un grand intérêt que l’UDV a décidé de renouveler pour la 4ème année consécutive son implication et sa participation dans l’organisation et l’animation de cette semaine.

Pauline Dervaux
Chargée de développement mission économie solidaire à l'UDV

Se (re)connaître…



arche

Mieux nous connaître, et comment évoluer ensemble. Tel était le thème du séminaire organisé par l’association Solidarités Est Var (SEV) le 5 octobre dernier. Au programme de la journée au CREPS de Boulouris (St Raphaël) : présentation des associations membres de l’UDV de l’Est Var et des partenaires, réflexion sur la coopération interassociative et atelier « pratique » de représentation du réseau des associations de l’Est Var.


Qui est qui, qui fait quoi ?

SEV, SEV emplois, Amis de Paola, le centre départemental de l’UDV, Semailles 83, Promo Soins Fréjus, Epafa, Sichem, Habitat et Humanisme… presque toutes les associations de l’Est Var ont répondu présent, et se sont présentées les unes aux autres de manière ludique et interactive. Ainsi, certains participants ont pu gagner des œufs frais de la Ferme des Esclamandes (Semailles 83) ou tout simplement l’admiration du centre départemental en répondant à un quizz sur le réseau de l’UDV !

Au-delà de l’ambiance que ces PowerPoint ont mis dans la petite salle du CREPS, les présentations ont permis aux nouveaux arrivants des associations de mettre des visages sur des noms, de découvrir les actions des associations de l’Est Var et l’articulation de ce vaste réseau.

atelier sketchComment se situent les associations les unes par rapport aux autres ?

Question complexe qui a donné lieu à de nombreux débats lors de l’exercice « pratique » préparé par l’équipe organisatrice. Pendant une demi-heure, des petits groupes de bénévoles et salariés des associations ont tenté de représenter le réseau de l’UDV sur une grande feuille de papier pour ensuite expliquer leur vision de la « toile » aux autres.


Comment évoluer ensemble ?
 

Plus qu’un choix, parler de coopération devient une nécessité au sein des associations. Ce fut le sujet abordé en début d’après-midi par Yannick Rampal, directeur de l’AMF Paca et de Véronique Marciquet, consultante chez Panama Conseil.

Dans le contexte économique actuel, avec la baisse des subventions publiques, l’heure est au regroupement des moyens (matériels et/ou humains). Par exemple, la France compte actuellement 33 000 établissements sociaux et médico-sociaux et l’objectif de l’Etat est de les réduire à 3 000 !

Au-delà des questions économiques, coopérer dans le milieu associatif aide à apporter une réponse « pertinente » aux besoins des accueillis. Ainsi, mutualiser les moyens matériels (photocopieuses, affranchisseuses, véhicules…) et les moyens humains (un même poste pour plusieurs associations) permet aux associations à la fois de réduire les dépenses, mais surtout de se concentrer sur leur cœur de métier. En effet, une personne accueillie peut avoir besoin des services de plusieurs associations.

« Malgré certaines difficultés à appréhender et vivre la coopération, l'ensemble des personnes interrogées s'accorde à dire que développer la coopération est indispensable pour l'avenir du réseau et de leur association. Les questionnements principaux sont l'impact du développement de la coopération sur l'organisation du travail, l'évolution des postes, la perte d'identité de chaque association», souligne M.Rampal, suite à une enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif des acteurs des associations du réseau SEV (salariés, bénévoles de terrain et administrateur). D’après Mme Marciquet, pour réussir une bonne coopération, il est indispensable d’avoir le même objectif et des valeurs communes, mais pas forcément les mêmes points de vue, puisqu’il est bien connu qu’on s’enrichit de nos différences. L’important est d’instaurer une bonne communication et de réécrire rapidement le projet associatif. Du côté des acteurs des associations, l'amélioration des pratiques de coopération au sein du réseau passe par l'accompagnement des acteurs dans ce changement, des rencontres physiques d'échanges permettant la meilleure connaissance de chacun et le développement d'une communication plus efficiente.

Une journée enrichissante, qui peut se résumer par le proverbe africain "seul on va plus vite, ensemble on va plus loin".

Contact SEV : Patrick Braun

bandotest




"Les colocs Lazare" :
une expérience qui redonne vie


flyer séminaire Vivre en colocation avec des personnes sans domicile fixe, c’est le pari fou que propose l'association Maisons Lazare. Fondée par de jeunes professionnels chrétiens, l’association se bat pour le droit à la dignité de chacun.

Le principe est simple : faire cohabiter dans un même logement des personnes issues de la rue ou sans domicile fixe, avec des volontaires désireux de vivre une expérience de mixité sociale. L’objectif est d’établir entre les colocataires des relations fidèles et désintéressées, afin de permettre leur intégration. Car si les personnes sans domicile fixe ont besoin d’un toit, elles ont tout autant besoin de relations humaines qui redonnent confiance.  

Le logement partagé, 1er pas vers l’insertion

Les accueillis apprennent d’abord à vivre en appartement avec d’autres. Cela donne des repères et des responsabilités par la participation aux tâches quotidiennes auxquelles chacun prend part. Cette stabilité redonne confiance et ravive le désir de se mettre en route. Avoir un logement est souvent le point de départ pour se remettre en action et retrouver un travail. La différence avec une colocation classique c’est que, au-delà d’un simple partage de logement, c’est une vie de maison et une amitié qui est proposée. A travers ces liens, la personne accueillie retrouve sa dignité et se sent en confiance pour l’avenir.
ordi

Des repères structurants

Pour fixer les repères fondamentaux de la vie en société, l’association a établi un règlement intérieur au sein de la maisonnée. Les tâches ménagères sont partagées, chacun assume un service précis dans l’appartement, en toute autonomie (courses, ménage, repas, comptes…). Les colocataires se réunissent au moins une fois par semaine autour d’un repas pour vivre un moment de convivialité, raconter sa semaine, partager les coups durs et les joies.Tous les frais sont pris en charge par les résidents (loyers, repas,charges…) .

Une colocation enrichissante

ordi Il s’agit d’appartements ordinaires non mixtes, où peuvent cohabiter 6 à 10 personnes, volontaires et personnes accueillies. Chacun bénéficie d’une chambre individuelle ; les espaces cuisine, salon et sanitaires sont communs.
- Les personnes accueillies peuvent venir de la rue, de foyers d’hébergement collectif, ou de logements provisoires, orientées par des associations. Une fois installées dans la maison, les personnes continuent leur suivi social pour avancer dans leurs parcours d’insertion.
"Avant d’arriver ici, j’étais en foyer, je faisais rien c’était morbide. Encore avant, j’avais un appartement, une femme et je travaillais dans la sidérurgie. J’ai perdu mon travail, j’ai sombré dans l’alcool. Aujourd’hui, je suis heureux d’être ici. Il y a toujours quelqu’un. Quand on rentre, on sait que l’appartement n’est pas vide. Je nettoie tout à fond tous les lundis et je relève le courrier » explique Thierry installé dans une des maisons depuis plus d’un an."
- Les accompagnateurs s’engagent, à côté de leurs activités professionnelles et personnelles, à être disponibles à leur colocation.
"Je voulais vivre quelque chose d’un peu plus fort que d’habiter dans une résidence étudiante, et je suis arrivé à l’ouverture de la maison de Lyon. Je ne connaissais rien du monde de la rue, c’était tout nouveau pour moi. Avant, mes colocataires vivaient dans la rue et ne se sentaient plus considérés, Aujourd’hui ils sont accueillis chez eux, avec une chambre et des repas tous les jours, des moments d’amitié partagés tous ensemble, comme dans une famille. C’est une expérience que personne ne peut oublier, qui marque une vie."
raconte Thomas accompagnateur dans la maison de Lyon.

Deux réalités se rencontrent pour se faire grandir mutuellement. Pour les uns, il s’agit de rompre avec l’isolement et se reconstruire, pour les autres, de vivre une expérience forte de solidarité avec des personnes en précarité.

ordi Un projet en extension…peut être bientôt Toulonnais

Fondé en 2006 par de jeunes professionnels chrétiens, le projet a commencé par une maison à Paris. Petit à petit, les demandes et les opportunités se sont multipliées. En 2012, 130 personnes vivent en colocation à Paris et à Lyon dans plusieurs appartements. Des ouvertures sont prévues à Toulouse, Nantes et Toulon dans les prochains mois, et l’association recherche des volontaires.
A bons entendeurs….

Plus d'infos sur l'association

Contact : Nathalène Devisme


Période hivernale, le Samu social met les bouchées doubles

Le 1er novembre annonce le début de la trève hivernale! Jusqu'au 15 mars 2013, les locataires menacés d'expulsion sont en surcis.
Le Samu social de l'aire toulonnaise met en place un dispositif spécial dans le cadre du plan hivernal, jusqu'au 2 avril 2013, avec notament 16 places d'hébergement supplémentaires à l'hôpital Clémenceau.
Plus d'infos sur le dispositif

La Fondation Abbé Pierre révoltée par les expulsions locatives

Sur son site, l’association revient sur les revendications de l’opération "coup de poing" qu’elle a lancée le 24 octobre devant le ministère de la Justice pour dénoncer les expulsions locatives.
Lire l'article

Succès pour la deuxième édition de la Rencontre "La Recherche comme outil de transformation sociale" à l'USTV

Pour la deuxième année consécutive, une journée d’échanges et de réflexion centrée sur les recherches en travail social, s’est tenue le 18 octobre dernier dans les locaux de l’UFR Lettres, à l’Université du Sud Toulon-Var. Cette journée s’inscrit dans le cadre du Pôle ressources régional "Recherche et intervention sociale" animé par le Collège coopératif, et a rassemblé plus de 130 personnes autour du thème "Regards sur la mise en synergie des acteurs sociaux".
Plus d'infos

Nouvelle organisation territoriale de l'ARS PACA

Vous pouvez dès à présent télécharger l’organigramme de la Délégation Territoriale du Var (DT 83) de l'Agence Régionale de Santé en PACA.
Télécharger l'organigramme

Panorama national de l'ESS - édition 2012

Réalisé par l’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire, cette nouvelle édition du "Panorama de l’ESS en France et dans les régions" apporte un éclairage synthétique sur les spécificités et le poids d’un ensemble socio-économique qui représente plus de 10% de l’emploi en France.
Lire le rapport

La Lettre d’ici et d’ailleurs redémarre !

A l’initiative de l’association SICHEM, la Lettre redémarre en ce début d’année scolaire.
Lire la lettre

La Fondation Abbé Pierre du Var recherche un logement pour une famille

L’association attire votre attention sur une famille à reloger d’urgence. Propriétaires d’un petit logement (type F2 ou F3) à loyer faible ou conventionnable, d’une partie de maison inhabitée ou d’un logement vacant, vous pouvez contacter la fondation par téléphone au 06 11 56 02 35 ou par mail : [email protected]
Plus d'infos

La Marseillaise revient sur la journée mondiale du refus de la misère

Dans un reportage poignant, le quotidien régional dresse un bilan de la journée du 17 octobre à la faculté de Droit de Toulon. Personnes de la rue et bénévoles des associations de lutte contre l’exclusion ont témoigné pour dénoncer la misère qui touche encore les plus démunis. Un appel au respect de la dignité et des droits de l’Homme.
Lire l’article

Le « Vieillissement, la question cruciale de l’hébergement » selon La Croix.com

Dans un article du 23 octobre, le site commente le rapport du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées. Alors que le vieillissement de la population risque de s’intensifier les 40 prochaines années, les solutions d’hébergement manquent pour répondre aux besoins de nos aînés.
Lire l’article


31 octobre
Rencontre
Thème « Vers un développement des achats socialement responsables en Paca»
Organisée par l’APEAS de 14h à 18h à Marseille.

9 novembre

Colloque pour les 20 ans de Promo Soins
«Soigner sans fracture»
De 8h30 à 17h, à l’hôpital Sainte Musse à Toulon

Du 12 au 16 novembre

6e Rencontres de l’ESS
Organisées par la Ligue de l’Enseignement - FOL 83 à Toulon, La Seyne-sur- mer et Draguignan.

13 novembre

Repas oriental
Organisé par le Collectif Familles à midi au centre social et culturel Massillon à Hyères.
Tarif : 10€

Du 15 au 18 novembre

3e Festival du film précaire
Organisé par la Dihal à Avignon.

Du 17 au 23 novembre

Semaine de la solidarité internationale
Organisée par l’AMIVEC-relais RITIMO sur le thème « Les droits à l’essentiel » à la Seyne-sur-Mer.

22-23 novembre

Colloque du CERC

Thème « Effectivité des lois et vulnérabilité de la personne »
A la faculté de droit de Toulon.

29 novembre

Soirée documentaire-débat
Thème «Prisons : pas la peine d’en rajouter !»
Organisée par le Groupe Local de Concertation Prison et la Ligue des Droits de l'Homme de Toulon à 20h au cinéma Le Royal (Toulon).

30 novembre et 3 décembre

Expo-vente de décorations de Noël
Organisée par Semailles 83 à la Ferme des Esclamandes (Etangs de Villepey)

4 décembre

Forum des initiatives solidaires en PACA

Organisé par le réseau des PILES de 10h à 20h à Mouans-Sartoux.


blog culture solidarité


IOTA est la lettre électronique d'informations de l'Union diaconale du Var http://www.udv-asso.fr

Ecrivez-nous à l'adresse
Communication Iota
ou par courrier :

Centre départemental de l'UDV
363 av Colonel Picot
83100 Toulon
(France)