En cas de problème d'affichage, cliquez sur ce lien

N°205 - 18  Janvier 2013


Bonne année !

Après être allé, en 2011, à la rencontre des personnes qui vivent des situations de pauvreté ou d’exclusion, avoir partagé la parole avec eux en 2012, je vous invite à mettre 2013 sous le signe de la Fraternité. Lire la suite

Du foyer à la résidence Phanuel

La 1ère pierre de la résidence Phanuel a été posée le 13 décembre dernier. Le compte à rebours est lancé : emménagement prévu d’ici 1 an... Lire la suite

Sauvons la fraternité

Philippe avait tenu à être présent pour l’inauguration de la maison Providence, heureux d’être témoin de cet évènement tant attendu... Lire la suite


L'économie sociale dans l'Union Européenne
Vous aviez pour prénom
Les détenus de la Farlède
Partenariat RCF et Diaconia
Conférence sur la pauvreté

Lire les autres brèves

Bonne année sous le signe de la fraternité !

 
Après être allé, en 2011, à la rencontre des personnes qui vivent des situations de pauvreté ou d’exclusion, avoir partagé la parole avec eux en 2012, je vous invite à mettre 2013 sous le signe de la fraternité.
La fraternité ne doit pas simplement être un beau concept, affiché comme une grande valeur de la société républicaine. Dans la diaconie, dont l’UDV est l’un des acteurs, elle doit se manifester concrètement et activement par le service du frère.
Le service du frère exige d’abord de reconnaître l’autre comme frère.
Nous ne cles choisissons pas, ils nous sont donnés, et il nous appartient de créer avec eux des liens fraternels.
Vivre la fraternité nous invite à accueillir toute personne sans discrimination, en respectant la dignité de chacun.
La charte de l’UDV nous donne des pistes sur la conduite à tenir : s’ouvrir pour accueillir les personnes que nous rencontrons dans nos associations, vivre avec elles des moments de rencontre, de partage, prendre le temps de les écouter, de façon humble et confiante sans se sentir contraint par un souci d’efficacité immédiate, les aider à traverser et surmonter les difficultés qu’elles traversent par des actions efficaces et coordonnées, agir en lien avec tous ceux qui luttent dans le même sens….
Ces gestes de fraternité sont autant de lueurs d’espérance, dans un monde qui se désespère ; ils contribuent à créer et renforcer un lien social qui se délite, à dépasser l’égoïsme et l’indifférence, et finalement, à montrer qu’une autre vie est possible.

Merci à vous tous, salariés, bénévoles et amis de la diaconie et de l’UDV, qui ne ménagez pas votre temps, votre dynamisme et votre générosité pour défendre ces valeurs.
En 2013, célébrons ensemble cette fraternité !

Bonne année  !

Jean-Michel Permingeat
Président de l'UDV



voeux

Du foyer Phanuel à la résidence Phanuel



arche


La 1ère pierre de la résidence Phanuel a été posée le 13 décembre dernier, en présence des nombreuses personnes qui ont participé à la création de ce projet. Le compte à rebours est lancé  : emménagement prévu d’ici 1 an.




Un projet local de soutien aux personnes en précarité du Cœur du Var

arche Le foyer Phanuel a accueilli des SDF pendant plus de 20 ans sur la commune du Luc, mais a dû fermer ses portes en 2007. Les nombreux bénévoles qui s’y étaient investis n’ont pas pour autant baissé les bras et ont cherché un autre lieu qui pourrait accueillir les personnes sans logement du Cœur du Var. Le maire de Gonfaron a alors décidé de mettre à disposition de l’association un terrain, pour y construire une résidence sociale destinée aux femmes en difficulté. L’association des "amis de Phanuel" s’est alors transformée en "Solidarités Cœur du Var" (Solcovar), élargissant ses missions et son périmètre d’action à tout le Cœur du Var. 

Que sera la résidence Phanuel ?
  
Un diagnostic du territoire a été réalisé, pour définir quels étaient les besoins prioritaires en terme de logement. L’association s’est alors dirigée vers le dispositif type "maison relais", qui accueille des personnes ayant de faibles ressources, isolées et fragilisées par les accidents de la vie. Chacune disposera de son propre logement, tout en bénéficiant d’espaces communs (cuisine, salle à manger, salon). Deux responsables de maison salariés accompagneront les résidents dans leur vie quotidienne, et assureront l’animation de la maison, secondés par des bénévoles.

Cette résidence comprendra 20 logements T1’et T1bis conventionnés, et accueillera en priorité des femmes en difficulté. Les résidents pourront bénéficier des autres services proposés par l’association Solcovar, qui aura son bureau sur place : plate-forme de mobilité, troupe de théâtre, activités convivial. 

L’accompagnement social, sanitaire et professionnel des résidents se fait fera à l’extérieur par les structures de droit commun (assistantes sociales, CEDIS, infirmières, …), pour amener progressivement les personnes vers l’autonomie. Des activités sont seront organisées à l’intérieur de la maison : jardinage, repas pris en commun,…La maison archerelais sera aussi appelée "pension de famille", puisqu'elle permettra aux personnes de retrouver une vie sociale et un vrai soutien auprès des autres résidents. 

Qui gérera cette résidence ?
Solidarités Cœur du Var s’est tournée vers l’association Habitat et Humanisme, qui agit dans le champ du logement pour les personnes en difficulté et qui partage les mêmes valeurs, et avec qui a été passée une convention pour construire et gérer cette maison relais. Habitat et Humanisme sera propriétaire de la résidence Phanuel, mais elle sera cogérée par les deux associations.

Financement du projet
Le financement se fait en partie grâce au système d’épargne solidaire développé par Habitat et Humanisme depuis plus de 25 ans. Le diocèse de Fréjus-Toulon estarche également partie prenante de ce projet, puisque le produit de la vente du foyer Phanuel, qui appartenait au diocèse, a été réinvesti chez Habitat et Humanisme pour participer au financement de la maison. 
Cette résidence est donc le fruit de la participation de plusieurs acteurs, tous au service des personnes les plus démunies du Cœur du Var : mairie de Gonfaron, diocèse, Habitat et Humanisme, Solidarités Cœur du Var. 

Il est possible de soutenir le projet :
- En devant épargnant solidaire ou actionnaire de la foncière Habitat et Humanisme. Ces placements permettent de constituer les fonds propres nécessaire aux montages de l’opération immobilière. 
- En devenant bénévole, pour accompagner les résidents de la maison et participer à des temps conviviaux.

Plus d'infos
Habitat et Humanisme

Georges Monnoyeur : 06 07 94 35 08
Solcovar
Marcel Georges : 06 04 09 35 81
ou Floriane Buisson 06 28 49 82 22

Sauvons la fraternité


arche
Témoignage de Gilles Rebêche

Philippe avait tenu à être présent pour l’inauguration de la maison Providence, heureux d’être témoin de cet évènement tant attendu. L’après-midi, il me montrait sa plaie sur la jambe qui le faisait souffrir. Après consultation au Samu Social, il fallut l’hospitaliser dans les jours suivants, d’autant plus qu’il avait aussi une infection pulmonaire. traits
Lui rendant visite la veille de Noël, il m’avait déclaré : 
"Tu sais, maintenant j’ai 72 ans, je suis handicapé, je suis trop vieux pour retourner à la rue. Avec ma retraite d’ancien combattant, je devrais pouvoir aller dans une maison."
Devant me rendre pour quelques jours au monastère de Lérins, je lui promettais qu’à mon retour le 1er janvier,  j’activerai les démarches administratives indispensables. Entre temps, plusieurs amis bénévoles se relayaient pour le visiter, passer du temps avec lui, s’occuper de son linge de rechange, comme on le fait avec quelqu’un de sa famille.

traitsQuelle ne fût ma surprise et ma colère en découvrant à mon retour de Lérins qu’il venait d’être mis hors de l’hôpital le 31 décembre et déposé quasi nu à l’entrée de l’Unité d’Hébergement d’Urgence du Samu Social sur le trottoir avec une couche comme seul bagage de sortie ! 
Heureusement, un témoin l’avait photographié sur sa chaise roulante avec son regard triste et désemparé. Cette photo n’était pas du voyeurisme mais un acte de résistance pour donner une preuve et refuser l’inacceptable. En la postant sur les réseaux sociaux, elle parvint jusqu’au ministre de la santé et une enquête a été diligentée.
traitsLe Samu Social mérite mieux que d’être rendu complice, malgré lui, d’un déni d’humanité. C’est vraiment l’illustration du proverbe "l’hôpital se moque de la charité". Heureusement que les animateurs du Samu Social n’ont pas renoncé à la fraternité pour poser des gestes de simple humanité : ce soir-là, ils ont donné à Philippe un fauteuil roulant, l’ont réchauffé avec une couverture, et l’ont rassuré sur son avenir.
Ces veilleurs dans la nuit n’osent même plus se révolter car plusieurs situations analogues à celle de Philippe leur sont familières, telle celle de cet homme, renvoyé il y a quelques mois de l’hôpital avec écrit au marqueur sur le dos de son fauteuil roulant "ne pas ramener aux urgences !".
Mais la fraternité est rayonnante et contagieuse : journalistes, anciens combattants, personnels de l’hôpital, bénévoles anonymes se sont relayés pour réveiller les consciences et rechercher une solution digne. ( Lire l'article de Var Matin)
Quelques grincheux ont trouvé, au passage, que tout cela faisait "beaucoup d’agitation pour un clochard !".
Heureusement, au pays des droits de l’Homme, c’est le bon sens et le droit commun qui l’ont emporté. La connexion entre nos associations, l’hôpital et l’administration s’est rétablie grâce à ce sursaut d’humanité.
Merci à Philippe de nous avoir remis, dans son malheur, sur les chemins de la fraternité.


                    

En effet, au fil des années la diaconie du Var est devenue un écosystème plein de vie dans lequel la biodiversité humaine rivalise de variétés : origines sociales et culturelles multiples, talents, savoir-faire et savoir-être les plus divers, convictions religieuses et philosophiques plurielles, lieux de naissance aux quatre coins du monde, niveaux d’études, métiers et professions très diversifiés, etc.
Cette variété et cette richesse de communion dans le service du plus pauvre est un privilège dont nous bénéficions tous !
Pour protéger et cultiver cette communion créatrice, il n’y a pas d’autres secrets que le service de la fraternité. Elle reste l’oxygène qui permet au lien social de ne pas s’asphyxier, la lumière qui donne aux personnes de rayonner et de mettre en valeur leur relation aux autres, elle est comme la terre ou l’humus qui permet à nos projets associatifs ou ecclésiaux de s’enraciner dans l’espérance, elle est comme l’eau vive qui rafraîchit et désaltère accueillants et accueillis, bénévoles et salariés, militants et anonymes dans les moments de fatigue et lassitude.
Si nous oublions de servir la fraternité nous ne sommes plus que des idéologues de la solidarité, des techniciens du social, des fonctionnaires de la religion ou des gestionnaires de bonnes œuvres.
La démarche "Diaconia 2013" nous rappelle que ce sont les plus fragiles, les plus vulnérables qui nous forment à cette vigilance indispensable et cette impérieuse nécessité de la vie : la fraternité reste le creuset de notre culture de la solidarité.

"Au dernier jour de notre vie, c’est sur l’Amour, l’Amour seul, que nous serons jugés".


L'économie sociale dans l'Union Européenne

Le Comité économique et social européen vient de sortir un nouveau rapport, réalisé par le CIRIEC, intitulé l’économie sociale dans l’Union européenne.
Le rapport s’articule autour de trois objectifs :
1. Définir de façon claire et rigoureuse le concept d’économie sociale et les différents types d’entreprises et d’organisations qui en font partie
2. Identifier tous les acteurs qui appartiennent à l’économie sociale dans les différents États membres de l’UE
3. Présenter des données macro-économiques sur l’économie sociale dans les 27 États membres.
Lire le rapport

Vous aviez pour prénom ...

Ce poème, écrit par Henri, un accueilli des amis de Jéricho au cours d'un atelier d'écriture, a été lu le soir de la nuit des sans abri, le 21 décembre dernier, en hommage à toutes les personnes mortes dans la rue ou seules, au cours de l'année 2012.
Lire le poème

Les détenus de la Farlède se réconcilient avec l'écriture

À l’initiative de la fondation "Les arts et les autres", les 191 cellules du centre de détention ont été équipées d’un dictionnaire.
Plus d'infos

Partenariat RCF et Diaconia

Dans le cadre de Diaconia 2013, Bruno Fumat donne la parole aux mouvements et associations porteuses d’initiatives solidaires, chaque samedi à 6h50 (rediffusion le dimanche à 7h20) sur 105.1 à Toulon, 99.0 à St Raphaël, et 91.0 ) Draguignan.
Ecouter les émissions en podcast

Conférence sur la pauvreté : des avancées positives, dans l’attente de politiques plus structurelles

A l’issue de la conférence contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le Premier Ministre a présenté ses orientations préfigurant le plan quinquennal, qui devrait être présenté le 22 janvier 2013 au cours d’un CILE (comité interministériel de lutte contre l’exclusion qui n’a pas été réuni depuis 2006).
Lire l'article

Après la conférence sur la pauvreté, vers un pacte pour l’innovation sociale

Suite à la conférence sur la pauvreté, La croix publie un bel article sur l'innovation sociale
-  Emmaüs Défis passe des accords avec SFR pour la téléphonie sans fil...
- Siel Bleu propose une activité physique adaptée aux personnes âgées pour faire de la prévention santé...
- Habitat et Humanisme crée un concept mélangeant services infirmiers à domicile, centre de jour et centre d’accueil...
Innovons pour résorber cette précarité énergétique !
Lire l'article



18 janvier

Soirée thématique

sur le thème " L'art est-il beau ? ", animée par Pierre Durande, philosophe.
A 20h30 à l’église Sainte Jeanne d’Arc à Toulon.

23 janvier

Conférence-débat

sur l'économie sociale et solidaire. Que signifie vraiment le terme coopérer?
A 16h au Café Culture à Toulon

24 janvier

Conférence
sur le thème " Servir la Fraternité, un défi pour l’Eglise et la société "
A 19h30 au Clou à Draguignan.

25 janvier

Colloque
sur le thème " L'enfant qui n'apprend pas "
De 9h à 17h au Centre Hospitalier Valvert à Marseille.

29 janvier

Formation
sur le thème " Enfance : prévenir et protéger "
A partir de 9h dans les locaux de l'UDV à Toulon.
Formation gratuite

31 janvier

Repas bangladeshi
A partir de 12h dans les locaux de la tente d'Abraham au 105 rue Maissin à Toulon (quartier St Jean du Var).

1er février

Formation

sur le thème " Travail social et prostitution" dispensée par le Mouvement du Nid.
Au 226, boulevard Georges Richard à Toulon.

6 février

Assemblée Générale de Promo-Soins Fréjus

A 12h au 46 rue Sigaudy à Fréjus.

7 et 8 février

Congrès

sur le thème " De l’accueil au lien thérapeutique, quels sont les enjeux de la rencontre ? "
Au forum du Casino de Hyères

Vacances de février :

Stages d'arts plastiques pour les enfants

Ateliers de créations de marionnettes et de tableaux en relief, animés par Caroline Delaye.

22 février

Assemblée Générale de Promo-Soins Draguignan

A h à la Maison de la solidarité, bd Bernard de Trans à Draguignan.

15 mars 2013

Colloque

sur le thème " Suicide : question de vie ou de mort ? "
A partir de 9h à l’hôpital Ste Anne à Toulon.


blog culture solidarité


IOTA est la lettre électronique d'informations de l'Union diaconale du Var http://www.udv-asso.fr

Ecrivez-nous à l'adresse
Communication Iota
ou par courrier :

Centre départemental de l'UDV
363, av. colonel Picot
83100 Toulon
(France)