En cas de problème d'affichage, cliquez ici

N°220 - 17 Janvier 2014


Bonne année !

Bonne année 2014  ! Lire la suite

Quand l'espoir "s'en-visage" 

Du 9 au 31 janvier 2014 se tient à la mairie d’honneur de Toulon l’exposition "Quand l’espoir s’en-visage"... Lire la suite

Ecoutez-nous !

Ecoutez-nous ! Cette sentence, on l’entend couramment dans les files d’attentes... Lire la suite


Offres d'emploi
Bilan du plan pauvreté
Info spi vient de sortir
Opération 1000 couvertures
Lire la suite

Bonne année !




Quand l'espoir "s'en-visage" !


Il est parfois difficile d'aller à la rencontre des plus fragiles. C'est poutant ce que nous propose Yves de Kermel, photographe-amateur, à travers son exposition de 50 portraits de personnes accueillies aux Amis de Jéricho, qui se tient, tout le mois de janvier, à la Mairie d'Honneur de Toulon.
Une invitation à poser un regard, prendre le temps, comme une conversation...
A ne manquer sous aucun prétexte !


Une rencontre

Il est parfois difficile d'aller à la rencontre des plus fragiles. Et plus encore de les regarder en face. Bien souvent, on se fuit une réalité qui dérange et met mal à l'aise. En jetant un regard furtif, il est difficile de les regarder vraiment et de dépasser ce malaise.
Au-delà d’une galerie de portraits figés dans le temps, Yves de Kermel invite à poser un regard. Il propose une conversation silencieuse sur le goût de l’autre, une méditation sur l’identité de chacun. Une identité qui n’est jamais "sans visage", "sans histoire", "sans avenir". C’est comme une prière avec une litanie de prénoms. Quand l’espoir "s’en-visage" ! Un accueil de jour et une expo-photos sont des initiatives qui permettent à la lumière, de faire rayonner en chacun la beauté de son histoire. Les cicatrices de la misère et des galères, les traces des épreuves et des combats intérieurs de haute lutte deviennent, sur ces visages, comme des stigmates d’une résurrection sans cesse attendue.

Le point de vue de l'artiste

Pendant 4 mois, le photographe est venu régulièrement au sein de l'association pour réaliser ces portraits. 4 mois d’observation, et d’apprivoisement entre le photographe et ses modèles.
C’est avant tout une aventure humaine qui est donné à voir et à réfléchir : la rencontre entre un photographe amateur passionné et des personnes souvent ignorées, qui sont parfois laissées sur le bord de la route.
Je remercie les "accueillis" qui ont bien voulu eux-mêmes m’accueillir et se prêter à mon objectif en toute confiance et simplicité. Il n’est pas facile de se laisser photographier car on est toujours un peu inquiet de l’image qui va nous être renvoyée de nous-même. Mais être portraituré est aussi une marque de reconnaissance sociale et j’espère avoir su honorer mes modèles comme il se doit." raconte Yves de Kermel.
Dans la société contemporaine où l’image à une place prépondérante, Yves de kermel nous entraine au fil de sa pellicule argentique, dans une aventure citoyenne, un échange de regard.

Le point de vue des "sujets"

Iota : Comment avez-vous vécu cette expérience ?
Henri : Au départ je ne suis pas vraiment "photo" je n’étais donc pas très enclin à servir de modèle. Mais les photos ne devaient être exposées qu’aux Amis de Jéricho, ça a déjà pas mal adouçi des angles. Yves de Kermel ne s’est pas imposé, il est venu plusieurs fois, sans insister, il a mangé avec nous. Ca nous permis de s’habituer à lui, et sont projet était intéressant, alors je me suis dit "pourquoi pas !"
Iota : Qu’avait vous ressenti en vous voyant ainsi "portraiturer"?

Henri : Personnellement je n’ai jamais trop aimé me voir en photo. Mais certains étaient fiers, je pense notamment a Joël, dont la photo sert d’affiche à l’exposition.
Iota : Qu’aimeriez-vous que les gens retiennent de cette exposition ?

Henri : Que les sujets de ces portraits ne sont pas de simples images fixes, mais avant tout des êtres humains. L’autre jour à l’exposition j’ai entendu un passant parler du fait que les photos furent prisent sur une période de quatre mois. D’après lui "il a bien fallu tout ce temps pour les rendre présentable ! ". Il ne faut pas venir à l’exposition y voir des photos de clochards ou de poivrots, et au contraire s’efforcer de faire tomber les aprioris.

                                         
Portraitristes

Et pour accompagner cette exposition, voici quelques vers d'Henri Meurant qui humanise, par la poésie, la réalité de leur vie.

Quand j’erre sur l’avenue aux hasards de la vie,
Je croise mille gens qui coulent dans les rues
Comme les gouttes d’eau de ce grand fleuve en crue
Qui déborde d’espoir. Quelles sont leurs envies ?

Voyez donc celui-ci dont le regard éclate,
Stupéfait par les jeux étranges des gamins
Qui lui rappellent qu’il fut - mais est-ce bien certain -
Lui aussi un enfant aux rires écarlates !

Regardez cette dame âgée dont le sourire
Est un mur défoncé auquel il manque des briques.
Elle n’est pas une ruine. Elle n’est pas une relique.
Son visage rayonne de tous ses souvenirs !

Il y a celle-là, les yeux dans le lointain,
Ses pensées vagabondent, son âme est sur des vagues,
Cependant que ses doigts caressent cette bague :
Son amour est présent dans son sourire en coin !

Il y en a mille autres, et mille autres encore :
Un tenant de commerce, une contractuelle,
Un musicien avec son crincrin, sa crécelle,
Un mendiant, un boueux ; d’une foire, l’homme fort !

Et tous semblent rouler, telle une vague humaine.
Je ne sais où ils vont, je ne sais d’où ils viennent.
Ils me sont nécessaires. Et ce quoi qu’il advienne.
Ils me sont baume au coeur quand il est dans la peine.

Et j’erre dans les rues
Emporté par la crue !

Un livre de photo est en vente au prix de 10€ au bénéfice de l'association
Pour le commander, cliquez ici

Ecoutez-nous !


Ecoutez-nous ! Cette sentence, on l’entend couramment dans les files d’attentes de l’administration, des commerces, les restaurants sociaux, les unités d’accueil de jour ou d’urgence, jusque dans la rue. Bref, on l’entend partout !
Ceux qui la prononcent sont bien souvent, sinon toujours, les défavorisés du système. Certains sont sans domicile, d’autres non, ceux-ci vivent en famille, ceux-là sont isolés. Quelles que soient les idées qu’ils expriment, les demandes qu’ils font, les démarches qu’ils effectuent ; quelles que soient leurs difficultés, matérielles ou psychologiques, leur état de santé, ils ont souvent la désagréable sensation de n’être pas entendus.
C'est pour répondre à cet appel que le Secours Catholique du Var, en lien avec l'UDV a monté le projet "Parole de Sans-Voix" sur le département.


Contexte et origine du projet
Amnesty International, ATD Quart Monde et le Secours Catholique ont eu l’idée de mettre en relief les expressions de la lassitude des "laissés-pour-compte" de notre société en insérant un supplément de huit pages dans la presse quotidienne nationale en 2008 et 2012, qu’ils ont titré "Paroles des sans-voix". Cette revue, qui a touché près de 12 millions de personnes avait pour but de permettre aux "non-ouï" de témoigner de leurs combats quotidiens et de présenter les différentes initiatives développées aux six coins de l’hexagone, notamment celles concernant l’accès au logement, aux soins, à l’éducation etc.

Expression à travers des groupes de paroles
Fin 2013, le besoin d’être entendu et reconnu dans ses spécificités reste entier. Aussi, à l’occasion d’une rencontre nationale du Secours Catholique à Lourdes, lors d’une discussion sur la citoyenneté et les élections qui se dérouleront courant 2014, Gonzague de Fombelle, animateur-cadre de la délégation du Var, rebondit sur l’idée qu’il serait nécessaire de porter les avis des "petits" sur le perron des mairies sinon dans le bureau des élus. C’est le départ de l’aventure de Paroles des Sans-Voix à Toulon.
Le but de cette action : constituer des groupes de paroles et de concertations aux seins de différentes associations de solidarité du Var. Des acteurs issus de tous les milieux pourront y identifier les problèmes que l’on voudrait voir résolus par nos édiles, pour les leur soumettre et les sensibiliser à la nécessité, l’urgence qu’il y a d’écouter réellement la voix de ceux qui les ont placés aux postes qu’ils occupent et qui sont les laissés pour compte de notre système.

     

Pour ce faire, trois associations toulonnaises membres de l’Union Diaconale du Var (Kaïré, Vigies et Les Amis de Jéricho), ainsi que "la pause-café" du Secours Catholique de Draguignan, ont engagé une action commune.
Chaque structure a organisé un débat/sondage sous forme d’élections sur le thème de la citoyenneté. L’exercice a eu lieu courant novembre 2013 à l’aide d’un outil appelé photo-langage qui consiste à présenter une série de photographies parmi lesquelles le participant en choisit une ou deux parce qu’elle lui parle. Il explique en une phrase les raisons de son choix et dit "Pour moi, être citoyen c’est…".
Cette opération a connu un vif succès ! Les paroles prononcées par les participants, bien que dites de différentes manières, exprimaient dans leur ensemble des idées très semblables.
Par exemple :
Etre citoyen c’est :
- "… de la communication entre les uns et les autres ! "
- "… le partage ! "
- "… pour le bien commun ! "
D’autres phrases parlent :
- de droits et de devoirs, (mots quasiment toujours associés dans la bouche des participants),
- de votes et de participations actives,
- de respect des lois, de la société, de l’autre, etc.

Travailler la valorisation de ces paroles :

1/ Malgré les divergences d’opinions, il est possible de parvenir à exprimer et transmettre des idées communes. Pour que cette action ne reste pas stérile, les informations doivent circuler entre les groupes. Il faut aussi que les acteurs voient que leur participation porte des fruits. Aussi, afin de valoriser celle-ci, il est envisagé de diffuser ces résultats par l’utilisation de divers média tels que Iota, le blog des Amis de Jéricho, les réseaux sociaux (les pages Facebook de Kaïré, de l’UDV…), les lettres d’information électronique, l’envoi de courriels groupés etc.

2/ Cette mise en valeur de la parole des "Sans-Voix" sera également mise en œuvre au moyen de l’expression artistique. Pierre Favre (ex-chanteur du groupe Les Garçons Bouchers), accompagné de Christophe Parel (batteur du groupe Settings), Loïc Merle (bassiste de Settings), Guillaume Mas (guitariste de Settings), William Delgado (guitariste/chanteur du groupe Archaotic, né au sein de l’accueil de jour de l’association Archaos, à Toulon) et Loïc Gasnier (guitariste d’Archaotic), proposent de mettre en musique et d’interpréter les textes qui seront produits au sein des groupes de paroles. Malgré les divergences d’opinions, l’enjeu est de parvenir à exprimer et transmettre des idées communes. Un enregistrement des chansons est prévu et le groupe espère se produire en concert !

3/ Par ailleurs, le 31 octobre dernier, les associations Kaïré, Archaos, le Comité du 17 octobre et l’Union Diaconale du Var ont organisé une grande soirée musicale intitulée " Stop la Misère!", ponctuée de témoignages de "Sans-Voix", qui a réuni plus de 300 personnes au Crep des Lices.
Le succès de cet évènement grand public a fait germer l’idée de lancer un 1er évènement (à l’occasion des Semaines nationales d’éducation contre le racisme et les discriminations en mars prochain, portées dans le Var par la Fédération des Œuvres Laïques), au cours duquel les "Sans-Voix" pourraient à nouveau se faire entendre d’un large public.
Cela permettrait d’accroître la visibilité du projet et, pourquoi pas, d’y entraîner d’autres associations.

Si nous voulons que les choses bougent, nous pouvons paraphraser J.F Kennedy en disant : "Ne nous demandons pas ce que les autres peuvent faire pour nous, mais plutôt ce que nous pouvons accomplir pour eux." Quoi qu’il en soit, rien ne se fera sans le concours de ceux qui subissent et nous devrons les associer à nos actions car, comme l’a déclaré Nelson Mandela : "Tout ce qui est fait pour moi sans moi est fait contre moi."
Alors sans plus attendre, finies les parlotes et … Au travail !

Plus d'infos :
- Henri Meurant
(Sans-Voix mais pas muet)
Bénévole référent SC sur le projet
- Christophe Parel
Chargé de projets à l’UDV

Offres d'emploi

- L'association Famille Amitié Cité à Toulon recrute un directeur d'accueil de loisirs
Consulter l'offre
- L'association La Plateforme à Marseille recrute un Chargé d'accueil et apui en communication
Consulter l'offre
- l'UDV recrute un travailleur social et agent de maintenance
Consulter les offres
- L'association Sichem recrute un travailleur social auprès des migrants et étrangers en situation de précarité
Consulter l'offre

Les associations dressent le bilan du plan pauvreté

Réunies au sein du collectif "Alerte", 38 associations nationales de lutte contre l’exclusion dressent le bilan du plan pauvreté un an après son adoption, dans un document dévoilé en exclusivité par La Croix. Elles se félicitent de nombreuses avancées mais demandent davantage d’audace au gouvernement. .
Lire l'article de La Croix

Info spi vient de sortir !

La lettre du pôle d'animation spirituelle de l'UDV vient de paraître.
Pour la lire cliquez ici .

Opération Collecte 1000 couvertures

Le Samu social de l'aire Toulonnaise lance une opération de collecte de couvertures.
Les dépots se font de 10h à 18h, du Jeudi 6 au Mardi 11 février inclus.
Plus d'infos .

Kaïré sur France 3

Un reportage sur l'association Kaïré a été réalisé au JT de France 3 du 14 janvier (pour voir le reportage aller directement à 4 min 54)

Lettre d'ici et d'ailleurs

Sichem publie sa 43ème Lettre d'ici et d'ailleurs. Pour la consulter, cliquez-ici

Des nouvelles du chantier Phanuel à Gonfaron

Une réunion s'est tenue mardi entre les deux partenaires du projet Phanuel, Habitat et Humanisme et Solcovar. Le chantier se déroule bien. La maison est couverte, les fenêtre seront bientôt posées. L'ouverture de la maison relais est prévue pour le mois de Juin. Elle accueillera des femmes en difficultés. Les 2 associations continuent de travailler sur le projet social et la mise en route des documents administratifs d'ouverture de la maison. Une réunion aura lieu prochainement avec les partenaires sociaux.
Plus d'infos

60ème anniversaire de l'appel de l'Abbé Pierre

A l'occasion de cet anniversaire, une grande manifestaton citoyenne de commémoration de cet appel, est organisée le 1er février par l'association Emmaus et la Fondation Abbé Pierre, sur la Place d'Armes à Toulon, de 10h à 13h. Une collecte de couvertures et vêtements chauds est prévue. N'hésitez pas à en apporter ! Ils seront redistribués aux associations oeuvrant pour les plus démunis. Plus d'infos

Ca bouge chez Atousvar !

Deux actu en ce moment pour Atousvar :
- L'association se lance sur Facebook en créant sa page Atousvar. Soutenons-les en faisant un petit clic "J'aime" sur leur page!
- Le programme des Journées Découvertes Janvier-Mars vient de sortir ! cliquez ici pour les découvrir !

L'association Semailles 83 dans la presse

Un reportage de Var Matin "Cultiver son jardin comme thérapie avec Semailles" qui valorise l'action de cette association de l'Est Var!
A lire et à relire !


8-31 janvier

Exposition : "Quand l'espoir s'en-visage"
50 portraits photographiques d'Yves de Kermel en hommage aux "Amis de Jéricho"
de 9h à 18h (sauf le samedi et le dimanche)

14 janvier

Repas du collectif Famille
organisé par le centre social et culturel Massillon
A 12h, 12 rue de Verdun à Hyères.
Tarif : 10€.

18 janvier

Journée d'ouverture de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Conférence-débat avec Georgina Dufoix suivi d'une célébration oecuménique
De 15h à 18h, Chapiteau Jean-Paul II au Domaine de la Castille à la Crau

18 janvier

Voeux / Galette diocésaine
de 10h30 à 14h au domaine de La Castille à La Crau
Prière, présentation des voeux de Monseigneur Rey, pic-nic tiré du sac, et galette offerte par le diocèse

18-25 janvier

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens
Plusieurs activités sont proposées tout au long de la semaine

19 janvier

Présentation du rapport du mal logement de la Fondation Abbé Pierre
de 9h à 17 au Théâtre Appolinaire à La Seyne sur mer

23 janvier

7ème rencontre : Habiter en coeur du Var
Thème : "L’accueil en situation d'agressivité" à 13h45 au Foyer Rural du Cannet des Maures

25 janvier

Journée du clos de la charité
3ème vente aux enchères des bouteilles de mourvèdres par les moines de Lerins au profit de 8 associations

25-26 janvier

Week-end de formation : "Travail social et engagement chrétien"
destiné aux professionnels de l’éducation spécialisée ou de l’accompagnement social, de jeunes ou d’adultes.
Chez les Soeurs Salésiennes de Don Bosco à Marseille
27 janvier
Addiction et situation de précarité
Journée d'échanges organisée par le CODES 83
de 9h à 17h à l'Hôpital Clémenceau à Toulon
Information et Inscription

27 janvier-26 février
Journées Découvertes Atousvar
Atousvar propose prochainement 3 Journées Découvertes : le 27 janvier au muséum d'histoire naturelle à Toulon, le 11 février au musée de la Mine de Cap Garonne, et le 26 février, une journée Garrigues et gourmandises

31 janvier
Assises interrégionales du travail social
de 9h30 à 17h aux salons d’Honneur de la préfecture de région à Marseille

1er février
60ème anniversaire de l'appel de l'Abbé Pierre
Grande mobilisation citoyenne de commémoration de l'appel de l'Abbé Pierre il y a 60 ans.
De 10h à 13h, place d'Armes à Toulon.
Emmaus récupérera à cette occasion vêtements chauds et couvertures qui seront apportés, pour les redistribuer aux associations oeuvrant auprès des plus démunis.
15 février
Conférence : "Fractures sociales : peut-on les soigner ?"
Par Gilles Rebêche,
dans le cadre du cycle de formation "Un évangile pour la société" de 14h à 17h au Domaine de La Castille à La Crau.
Participation libre aux frais
Information et Inscription

24-28 février
Stage de marionnettes pour les enfants
proposé par l'association Kaïré,
de 14h à 16h au Théâtre du Jardin du Roy à Toulon
Tarif : 60€

IOTA est la lettre électronique d'informations de l'Union diaconale du Var
http://www.udv-asso.fr

Pour nous écrire
Par courriel
Par courrier
Centre départemental de l'UDV
363 Av Colonel Picot
83100 Toulon
(France)