UDV IOTA
Agenda

N°223 - 4 juin 2014


Ensemble, on va plus loin
Edito

En exclusivité, les premiers mots du nouveau président de l'Union diaconale du Var !

Nouveau chantier à l'UDV
Zoom

Attention travaux ! L'Union diaconale du Var  planche sur de nouveaux axes stratégiques...

Halte au mal logement !
Fenêtre sur

Ils étaient expulsés. Ils ont retrouvé un logement. Belle histoire ! Mais demain... qu'adviendront-ils ?



Brèves

•    Adieu Jean Fourestier
•    L'alcool, je t'aime, moi non plus
•    Place aux états généraux du travail social

Ensemble, on va plus loin

Edito


Voilà, de l’adage bien connu, la partie que je retiendrai volontiers et que j’ai souvent entendu dans nos murs ces dernières années…

Arrivant pour servir comme président de notre Union diaconale, je mesure avec une certaine émotion le poids de cet adverbe. Si vous le voulez bien, nous continuerons ensemble à servir les plus pauvres, chacun avec nos talents et unis par la même fraternité, au-delà de nos territoires et de nos situations personnelles.

Quant à aller plus loin, il me semble que c’est réussir à rendre toute sa beauté à l’homme debout dans sa dignité retrouvée, et ceci au plus grand nombre de ceux que nous croiserons.

Un grand merci à Gilles et Jean-Michel et à vous tous qui m’avez enseigné cela ; je m’inscris complètement dans cette continuité, avec vous, ensemble.


Thierry O'Neill, nouveau président de l'Union diaconale du Var

Nouveau chantier à l'Union diaconale du Var

Zoom

Le 19 mai, les 23 000 membres de l'UDV étaient invités à définir les grands axes stratégiques du réseau


« La pierre rejetée des bâtisseurs est devenue pierre angulaire. »

Hein ? Vous comprenez ?

Tiens, justement, une centaine de personnes accueillies, de bénévoles et de salariés de l’Union diaconale du Var ont échangé sur cette phrase, le 19 mai dernier. L’enjeu était de taille : voici leur nouvelle thématique triennale. Autrement dit, elle dessine les grands axes stratégiques du réseau pour ces trois prochaines années. Plongée au cœur de cette formule !


D'où vient cette phrase ?
De la bible, le premier best-seller au monde ! Cette sentence est loin d’être anodine, puisqu’elle apparaît à cinq reprises : dans le psaume 118, les évangiles de Jésus-Christ selon Saint Marc et Saint Luc, les Actes des apôtres et la première lettre de Saint Pierre.  


À quoi la citation fait référence ?
Les disciples de Jésus de Nazareth l’ont assimilé à leur maître. Rejeté et mis à mort par les autorités juives, le Christ fut crucifié et ressuscita trois jours plus tard, d’après les évangiles. Les écritures le présentent comme le roc, vainqueur de la mort et du mal, sur lequel ses disciples peuvent s’appuyer.  

Au-delà de cette lecture spirituelle, la citation fait référence au temple de Jérusalem. Erigé il y a 3 000 ans, il fut détruit par les Babyloniens au VIe siècle av. J.-C. Après cinquante ans d’exil, les Juifs le reconstruisirent. La première pierre fut posée en -536. Mais 15 ans s’écoulèrent sans qu’aucun autre bloc ne fût dressé. Le peuple était trop accaparé à restaurer ses propres maisons et à s’occuper de lui-même. Jusqu’à ce que le chantier reprenne.

En -516, le nouveau temple est inauguré. La première pierre, celle que les bâtisseurs avaient laissée pour compte, est portée aux nues au cœur de l’édifice, le saint des saints. Le lieu sacré que quiconque ne peut franchir, hormis le grand prêtre une seule fois par an. Cette pierre devint ainsi le symbole de ce qui est méprisé puis remis à l’honneur.  

La pierre angulaire peut s'entendre comme la clé de voute, sans quoi un édifice s'écroulerait
Qu'est-ce
qu'une pierre angulaire ?
En architecture, elle représente la clé de voute, sans quoi l’édifice s’écroulerait. Une pierre essentielle !

Quelle est la portée symbolique de la thématique ?
À première vue, la pierre rejetée appelée à devenir pierre angulaire peut s’appliquer aux personnes exclues ou démunies. Plus largement, à toutes les personnes accueillies à l’Union diaconale du Var, composée de 30 associations. Soit environ 22 000 hommes et femmes. Aux visages très divers : les enfants représentent près de la moitié, aux côtés de gens de la rue, de personnes en réinsertion, de migrants, de patients sans couverture sociale et d’adultes engagés dans des actions d’économie sociale et solidaire.

La thématique prend tout son sens à la lecture des dernières lois sociales. A commencer par celle du 29 juillet 1998 sur la « lutte contre les exclusions ». Point de départ d’une série de lois, plans et programmes sur la participation active des personnes accueillies dans leurs projets et les instances de décision. La loi du 2 janvier 2002 fait également date. Elle place explicitement les usagers au cœur des dispositifs sociaux et médico-sociaux. La loi impose ainsi qu’elles deviennent actrices de leur vie, de leur réinsertion et de leur avenir.


Qu'en-ont dit les participants au débat ?
Qu’attribuer la pierre angulaire aux seules personnes accueillies est réducteur.

D’une part, les personnes accueillies peuvent à leur tour accueillir. De nombreux usagers de l’Union diaconale du Var se sont remis en selle et ont ensuite proposé leurs services en tant que bénévoles, voire salariés, dans les mêmes structures. Chaque accueilli, quel qu’il soit, est aussi appelé à participer à la vie de la maison qui l’héberge, à mettre ses compétences au service de tous, à donner des coups de main, à construire lui-même ses projets de vacances et à trouver des financements, etc. Finies les cases : l’accueilli est avant tout une personne, tantôt usagère, tantôt bénévole.

D’autre part, si les accueillis, les bénévoles et les salariés ont chacun des qualités et des Chaque personne, accueillie, bénévole ou salariée, apporte sa pierrecompétences, tous ont également des vulnérabilités, des fragilités, des limites.

Il est donc ressorti que nous avons tous besoin les uns des autres, accueillis, bénévoles et salariés. Nous sommes tous appelés à nous soutenir mutuellement. Chacun apporte sa pierre à l’édifice. Une pierre angulaire. Une clé de voute. Il en manque une, les pierres alentour s’effritent, se délitent, et le mur finit par tomber. Enfin, ensemble, nous formons un même édifice vivant, en construction, toujours en progrès : l’Union diaconale du Var, dont le ciment sont ses valeurs, exprimées dans une charte.


Quels axes stratégiques tirer du débat ?
D’abord, mieux se connaître et changer de regard, d’abord sur chacun : il s’agit de briser les peurs, les fausses représentations. D’être davantage à l’écoute. Poser aussi un nouveau regard sur  l’action sociale : chacun est la pierre angulaire de quelqu’un d’autre.

Ensuite, trouver des réponses à la question « que construisons-nous ensemble et comment ? ». L’enjeu : travailler sur la vision qui anime l’Union diaconale du Var.



Hôtel de la Darse : halte au mal logement !

Fenêtre sûr


Toulon. Automne 2013. 21 personnes sont expulsées de leur immeuble insalubre. L’UDV est appelée à la rescousse. Sept mois plus tard, les voilà presque toutes relogées. Clap de fin ? 

L'habit ne fait pas le moine... les logements insalubres ne sont pas forcément l'apanage des grandes barres

« Une fois relogées, les personnes en situation de précarité ont toujours besoin d’un suivi social. Elles ne peuvent pas être livrées à elles-mêmes. »

Guillaume Brun est un grand gaillard, la trentaine, le crâne rasé, les épaules larges. Sous ces apparences, cet éducateur spécialisé est posé, souriant. Soucieux aussi. Mandaté par l’UDV, il vient d’aider onze personnes expulsées à retrouver un toit décent. Cinq mois de combats. Pour un résultat sans équivoque : dix ont été relogées. Mais pour combien de temps et dans quelles conditions ?

Ces mêmes personnes vivaient autrefois dans la rue ou en centre d’hébergement. Accompagnées par les services sociaux, elles avaient pu se remobiliser. Elles s’étaient alors abritées à l’Hôtel de la Darse, près du port de Toulon. Mais les habitudes de la rue sont restées ancrées en elles. L’alcool, la drogue, le manque d’hygiène… les cafards et les microbes traçaient leurs routes, au milieu des canettes de bière rouillées et des seringues usagées. Un galetas que les services sociaux cautionnaient, indirectement. Le Samu social servait toujours les repas, en contrebas, tandis que les services de tutelle acceptaient encore de payer un loyer pour des taudis.

Fin octobre 2013, le couperet tombe : l’immeuble est frappé d’insalubrité. Tout le monde dehors, question de santé publique !


Pratiques addictives

Aujourd’hui, presque toutes ont recouvré un logement. Une raison pour les laisser se débrouiller du jour au lendemain ? Au risque que certains chutent une nouvelle fois ?  « Ils donnent l’impression de voler de leurs propres ailes. Pas de souci. Mais beaucoup ont encore une dépendance à l’alcool. Une aide éducative ne serait pas du luxe », admet Guillaume, dont la mission est désormais terminée.

De nombreuses personnes âgées souffrent d'isolement dans de petits appartements en centre ville. Et si on en tenait compte ?La solution ? « Créer un service d’accompagnement socio-éducatif et médico-psychologique au long terme, à la maison, pour maintenir les liens, rendre progressivement autonome », propose la directrice des projets au centre départemental de l’UDV, Laurence Boillée. En somme, une manière d’appréhender la personne dans sa globalité, et pas uniquement dans ses besoins primaires : manger, boire et dormir. « Ce service pourrait être élargi à toutes les personnes mal logées, qui échappent aux structures et aux dispositifs sociaux. Comme de nombreuses personnes âgées souffrant d’isolement », préconise Laurence. « Pourquoi pas créer un hôtel social en centre-ville, avec un éducateur passant de temps en temps et un accompagnement personnalisé ? », suggère, quant à lui, Gilles Rebêche.

Guillaume, Laurence et Gilles aspirent ainsi à plus de collaboration entre les services publics et le milieu associatif. Egalement à plus de coordination entre les acteurs médico-sociaux de terrain. Une synergie qui permet de marier professionnalisme, souplesse et réactivité, au service des plus démunis.  


Ça déménage

Force est de constater qu’une première pierre a été posée sur ce travail de concertation. Peu de temps après l’avis d’expulsion, les résidents de l’hôtel appellent l’UDV à l’aide. Le collectif s’empresse d’alerter la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS). Les rouages se mettent alors en place : sous la houlette de la ville de Toulon, et de son service « Habitat logement », un partenariat rassemble les services sociaux du Conseil Général et de l’Union des associations familiales (UDAF), ainsi que le Centre hospitalier intercommunal de Toulon La-Seyne et l’UDV.

Si onze des 21 résidents de l’Hôtel de la Darse ont réussi à se reloger par eux-mêmes, dix restent sur le carreau. Une décision s’impose : les héberger provisoirement à l’hôpital Clémenceau. Puis les accompagner au quotidien, le temps de trouver des solutions pérennes.

Le déménagement est prévu à la mi-décembre. Branle-bas de combat. La ville de Toulon fournit les cartons, stocke le mobilier et prête des véhicules. Des bénévoles et salariés de l’UDV prêtent main forte. Guillaume, ainsi que Julie et Mado, éducatrice spécialisée et médiatrice de rue, prennent en charge les résidents, récalcitrants au départ. « Ils étaient confrontés à divers problèmes : l’alcoolisme, la toxicomanie, le handicap physique, des pathologies psychiatriques, etc. Des personnes très marginales, avec peu de références sociales et aucune autonomie. Il a fallu les écouter, les canaliser, les pacifier », explique Guillaume.


Tous pour un... 

Guillaume Brun, éducateur spé de 36 ans, a aidé les résidents de l'Hôtel de la Darse à retrouver un logement sainSa première mission ? Contenir et animer le groupe. Le voilà à l’écoute des difficultés et des aspirations de chacun. Il gère les conflits, établit des relations de confiance. Il leur apprend également à faire le ménage, à tenir propres leurs chambres et les parties communes. « J’ai dû identifier un leader, sur qui je pouvais m’appuyer et qui avait la confiance des autres. Je l’ai responsabilisé. Tous les deux jours, je passais à l’hôpital. C’était le premier que je voyais. On discutait 45 minutes. Au final, il prenait ma défense dans le groupe », raconte Guillaume.

Autre tâche : aider chacun à se reloger, le plus vite possible. Inutile de faire ce travail sans concertation ! « J’ai passé mon temps au téléphone, pour mettre en contact les personnes logées à Clémenceau et leurs assistantes sociales ou leurs services de tutelle. Ainsi que les organismes de logement ou les propriétaires d’un appartement », témoigne l’éducateur. Tout a été mis en œuvre pour impliquer chacun au maximum et lui trouver des solutions adaptées.

Avec succès. L’un vit actuellement dans un centre d’hébergement. Un autre travaille à la ferme où il est hébergé. La majorité, quant à elle, a trouvé un appartement en ville. « Sans ce suivi éducatif concerté, c’était mort. L’accompagnement a été fondamental », souligne Guillaume. La fierté a beau briller dans ses yeux, le front est plissé, la joie contenue. L’avenir de tous ces hommes, âgés de 30 à 65 ans, reste incertain. « La vie tient à un fil », dit l’adage. Mais plus les liens sont tissés, plus le fil est solide.

Brèves

Projet de suppression des CG : quid des politiques sociales ?

Suppression des conseils généraux en 2020, constitution de régions à dimension européenne, renforcement des métropoles et des intercommunalités : telles sont les grandes lignes du nouveau projet de réforme territoriale. « Le conseil général joue un rôle essentiel dans la solidarité de proximité et la gestion des prestations aux personnes les plus fragiles », rappelle le président, dans une tribune publiée le 3 juin en presse quotidienne régionale. « Il ne peut être question de remettre en cause ces politiques. Une large initiative sera laissée aux élus pour assurer cette transition », ajoute-t-il. Ces compétences spécifiques devraient être ainsi transférées aux collectivités locales, à l'échelle des territoires.

Place aux états généraux du travail social

Les états généraux du travail social de la région Grand Sud auront lieu le 27 juin prochain, à Marseille. Au menu : 5 ateliers sur la place des personnes accueillies, la formation des travailleurs sociaux et la coopération entre les acteurs du secteur. L’occasion de faire remonter des propositions concrètes aux mêmes états-généraux, à l’échelle nationale, à Paris, le 14 décembre 2014. Plus d’infos sur bit.ly/1nY2riZ


La parole se libère sur la participation des accueillis

« L’accompagnement social : vers une libération ? Pour quelle libération ? », s’interroge « Aux captifs la libération ». L’association organise, les 13 et 14 juin prochains à Paris, un forum sur la participation active des personnes accueillies et sur les bienfaits qu’elles en tirent. L’opportunité de revisiter ses pratiques. Plus d’infos sur bit.ly/1tipjcl


L'alcool, je t'aime, moi non plus ! Faut-il bannir l'alcool à tout prix ?

Quelle est la fonction de l’alcool quand on est dans la rue ? Faut-il prôner l’abstinence à tout prix ? L’alcool doit-il être interdit dans les structures d’accueil ? Quel est l’accompagnement le plus adapté ? Autant de questions débattues au prochain colloque de l’Institut de recherche et d’ingénierie sociale de l’UDV. RDV le lundi 16 juin, de 9 à 17h, à l’université de Toulon, à la Garde. En présence de Matthieu Fieulaine, anthropologue et responsable de « Santé ! Alcool et réduction des risques ». Inscription obligatoire avant le 6 juin au 04 94 24 90 01 ou à [email protected]


À l'écoute des familles de détenus

Les détenus n’ont pas de grandes vacances. Leurs familles non plus. L’association « Les Amis de l’Horeb » cherche des bénévoles pour accueillir et écouter les proches des détenus de la prison de La Farlède en attente de parloir, cet été. Le local est situé à l’extérieur de la prison. Contact et infos : Thérèse au 06 64 52 81 00


Soutenez leurs premières grandes vacances !

Des vacances au vert ! Cet été, à Draguignan, l’éco-hameau solidaire Saint-François ouvre ses portes aux familles vivant en banlieue. Enfants et parents camperont sur la propriété. Pour eux, l’UDV et le Secours catholique recherchent des tentes, des matelas, des sacs de couchage, des ustensiles de cuisine, des tables et des chaises d’extérieur, etc. Contact : Ludovic au 06 87 27 18 12. Plus d’infos sur www.eco-hameausolidaire.fr


Adieu Jean Fourestier

Jean Fourestier (à gauche) s'est éteint le 3 mai 2014Jean Fourestier s’est éteint le 3 mai dernier. Véritable figure de la diaconie dans le Var, il a fondé, en 1983, les Amis de Jéricho, dont il a été le premier président. Médecin de la marine, il a également participé à la naissance de Promo Soins, anciennement Jéricho Santé. Auparavant, il avait présidé L’Etape, le premier asile de nuit à Toulon. « Contrairement à ce que l’on peut penser, ces hommes de galère ne veulent pas être l’objet de pitié », a-t-il écrit dans ses mémoires. « Ils ont une forme de dignité, un lâcher prise, et un détachement qui les rend plus souriants que les nantis. Ils me donnaient finalement des leçons. » L’UDV présente ses condoléances à la famille


Echos des Sans-Voix

Le clou de la soirée : la présence exceptionnelle du rockeur Pierre FavreQuel succès ! Le 5 avril dernier, la soirée « Parole aux Sans-Voix » a réuni 250 personnes au Crep des Lices à Toulon. Témoignages de personnes accueillies, bénévoles et salariés des Amis de Jéricho, spectacles des clowns-citoyens de Kaïré et concerts… la soirée a permis, dans une ambiance festive, de donner la parole aux personnes exclues et de sensibiliser sur les discriminations à leur encontre. L’Oméga Live au Zénith de Toulon sera-t-elle leur prochaine scène ? L’idée est dans les bacs. Plus d’infos sur bit.ly/1nse8R9






5 - 6 juin
Formation
"Les travailleurs sociaux face à la précarité énergétique"

04 86 78 13 79

Gardanne


6 juin / 18h

Assemblée générale
Amitié Moulins, Famille Amitié Cité, Vigies

Toulon, pôle jeunesse Escaillon


6 juin / 20h
Ciné débat
La délinquance. Projection de "La Part des anges", K. Loach

Lorgues, salle Jacky Mathevet


7 juin / 9h
Porte ouvertes
Amitié Moulins

Toulon, Arche des moulins


10 juin / 18h
Assemblée générale
Logivar Saint Louis

Toulon, maison Saint-Louis


10 juin / 18h30
Café social
"Savoir être. Savoir faire. Et pouvoir d'agir du travailleur social.

06 04 51 10 40

Toulon, bar Bohême café


12 juin
Forum
Rencontre sur les projets européens pour l'économie sociale et solidaire en PACA

Forcalquier, couvent des cordeliers


12 juin / 13h45
Forum
VIIe rencontres "Habiter en coeur du Var", sur la cohésion territoriale, avec les Centres communaux d'action sociale

06 25 86 17 37/38

Le Beausset, maison de la nature

Plus d'infos


12 juin / 14h30
Assemblée générale
Entraide Partage Interservices

Toulon, 4 rue Pierre Semard


12 juin / 17h30
Assemblée générale
Kaïré

Toulon, impasse Mirabeau


13 - 14 juin / 14 à 22h - 9 à 22h
Brocante
de la fraternité Saint-Laurent 

Toulon, parvis de l'église Saint Louis


14 juin / 12h30
Rencontres
Repas"auberge espagnole", concours de pétanque et projection d'un montage photo-vidéo sur les actions menées par Equilibre Nordsud au Burkina Faso

Centre social de Toulon Ouest

Plus d'infos


16 juin / 9 à 17h
Colloques
"Alcool et précarité"

La Garde, université de Toulon


16 juin / 10h
Informations
sur le Pôle d'initiatives locales d'économie solidaire 83

06 38 93 38 18

Draguignan, 55 av. du 4 septembre


16 juin / 17h
Assemblée générale
Amitié Massillon

Hyères, 12 rue de Verdun


17 juin / 17h
Forum
Le mal logement

Toulon, Les Amis de Jéricho


17 juin / 18h
Assemblée générale
Les Amis de Jéricho

Toulon, 319 av. colonel Picot


23 juin / 17h
Assemblée générale
Atousvar

Toulon, 363 av. colonel Picot


24 juin / 18h
Assemblée générale
Dracénie solidarités

Draguignan, Clou


25 juin / 14h
Fête
Fête de quartier à Pontcarral

Toulon, Pôle jeunesse Escaillon


26 juin / 9h
Assemblée générale
Solidarités Est Var

Fréjus, 46 rue Sigaudy


26 juin / 11h15
Assemblée générale
Les Amis de Paola

Fréjus, 46 rue Sigaudy


26 juin / 14h
Assemblée générale
Education promotion accueil des familles (EPAFA)

Fréjus, 46 rue Sigaudy


26 juin / 15h15
Assemblée générale
Promo Soins Fréjus

Fréjus, 46 rue Sigaudy


26 juin / 16h30
Assemblée générale
Semailles 83

Fréjus, 46 rue Sigaudy


27 juin / 8h45 à 17h
Forum
Etats-généraux du travail social

Marseille, faculté de pharmacie


27 juin / 17h30
Fête
40 ans de Familles Amitié Cité

Toulon, Pôle jeunesse Escaillon


30 juin
Concours
Date limite de remise des candidatures à la 5e édition des Grands prix de la finance solidaire
[email protected]

1er juillet / 9h30 à 16h30
Forum
Journée régionale d'informations de l'Uriopss PACA Corse sur la maîtrise et l'optimisation du patrimoine immobilier associatif

Aix-en-Provence

Plus d'infos




IOTA est la newsletter de l'Union diaconale du Var
http://www.udv-asso.fr


Pour nous écrire

Par courriel

Par courrier
Centre départemental de l'UDV
363 av. Colonel Picot
83100 Toulon