Iota, Bulletin d'infos de l'UDV N°23
Numéro double
Août 2004

EDITORIAL

Festivaliers de l'Espérance !

Au cœur de l'été, le 10 août, plusieurs villages du Var* fêtent St Laurent comme leur saint patron local !

C'est un vrai bonheur de réaliser qu'ainsi la cause des pauvres et des exclus sera défendue et prêchée en plusieurs lieux de notre département ! Ceci dit, pour que la mémoire du diacre saint Laurent, martyr de la charité, ne reste pas du folklore, il est urgent de tisser sur nos territoires une fraternité spirituelle qui associe à nos projets, nos fêtes et à toutes nos actions ceux qui sont souvent à l'écart de la société.

Prendre en compte la parole de ceux qu'on accueille, faciliter cette prise de parole, la restituer comme une force de transformation non seulement pour nos institutions mais aussi pour l'église, pour la société civile et pour notre propre développement personnel... Voilà sans doute la manière la plus sure d'honorer la mémoire de saint Laurent mais aussi de préparer une rentrée en prenant quelques résolutions pour que les semaines à venir deviennent un vrai festival de l'Espérance !

Gilles Rebêche

* (Ollioules, Nans les Pins, Gassin, Cavalaire, Le Thoronnet, Aups, Régusse, Flayosc...)

ZOOM SUR...
La Maraude à Fréjus,
Une Lueur d'espoir au coeur de la nuit...

La «loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions» de juillet 1998 rappelle dans son article 157 que «dans chaque département est mis en place(...) un dispositif de veille sociale ». celui-ci outre le 115, les SAO, les hébergements d’urgence, les accueils de jour, s’appuie sur un réseau «d’équipes mobiles» de type SAMU Social. Une enquête de l'IGAS de mars 2004 recense 80 SAMU sociaux fonctionnant en 2003, mais la même enquête précise que ce chiffre constitue un minimum car toutes les équipes pratiquant la «maraude» ne sont pas répertoriées comme SAMU sociaux. depuis mars 2003,une petite équipe de bénévoles de Fréjus Saint-Raphaël c'est mobilisée pour «marauder» à la rencontre de ceux qui le soir vivent dans la rue.

L'article intégral est disponible en téléchargement sur le site web de l'UDV, clicquez sur l'une des images ci dessous pour le télécharger au format PDF



téléchargez cet article

téléchargez cet article

téléchargez cet article

téléchargez cet article

Un jeudi de mars 2003, commence la première tournée de maraude à Fréjus Saint Raphaël, du bouillon, des biscuits, un thermos de café, sont chargés dans le véhicule. Puis la tournée commence, et là une surprise attend les 4 bénévoles ; alors que l’hébergement hivernal d’urgence fonctionne à plein. En l'espace de deux heures, ils rencontrent 15 personnes ; Il y a Pierre qui dort dans sa voiture, ou cet autre qui s’abrite sur des cartons sous une camionnette. Quelques-uns sont dans un parking souterrain.

Il y a aussi Nadine, qui après avoir avalé quatre bols de soupe, remercie chaleureusement les bénévoles, et quand ils éloignent les interpelle ; « Eh, M'sieurs dam’s, bonne soirée, et surtout, en partant, n’oubliez pas de fermer la porte ! ».

A la fin de la tournée, la petite équipe est un peu ébranlée et se pose quelques questions : bien sûr, voir des gens avaler quatre ou cinq bols de soupe, ça évite de se demander s'il est utile d'être là ! Mais faudra t-il aller plus loin dans l’aide alimentaire ? Est-ce qu’un infirmier devrait accompagner la tournée ? Ne s'est-on pas «fait-avoir» pour deux des duvets distribués ?(...) Tout cela fait réfléchir mais incite à continuer.

Seize mois plus tard, ça maraude toujours, neuf bénévoles se relaient. Deux équipes tournent. Cent cinquante duvets ont été fournis par une entreprise de la région parisienne, la Croix-Rouge a fourni des pochettes d’hygiène(...). A 23H en fin de tournée. six à huit sites ont été visité à Fréjus et Saint-Raphaël 6 à 16 personnes ont été rencontrées, avec des temps d'arrêt de plus de 20 minutes en moyenne. 80% des personnes rencontrées sont des «habituées», les autres sont de passage (...) Ils et elles ont de 16 à 72 ans et leur accueil est toujours charmant même si les discussions sont parfois vives, (...)

Régulièrement, une assistante sociale se joint à l'équipe, des dossiers sont échangés, des conseils donnés, des rendez-vous pris. Les relations avec les pouvoirs publics, les services municipaux, après un temps d’observation, sont au beau fixe.

La Maraude, c'est l'occasion de tisser des liens entre les bénévoles et ceux qui vivent dans la rue, l'occasion de changer et d'échanger son regard, comme le dit Hélène, bénévole : « Ces jeunes, avant je changeais de trottoir quand je les rencontrais en ville, en serrant très fort mon sac à mains contre moi. Depuis la maraude, je fais toujours attention à mon sac à main, mais je traverse la rue pour aller les saluer. Et je les ai présentés à mon mari ».

La maraude, c'est un projet simple à mettre en œuvre pour éviter que des liens sociaux ne se brisent ; un projet résumé par Poïpoï qui aura le mot de la fin : «Cette soupe, elle brûle les boyaux, mais ça remonte drôlement le moral ».

Plus d'infos
Solidarité est Var
46, rue Sigaudy
83600 Fréjus
Tél. : 04 94 51 69 90
Mail :[email protected]


Solidarité est Var
15, rue maurin des Maures
83600 Fréjus
Tél. : 04 94 52 24 68
Mail :[email protected]




FENÊTRE SUR...

La fondation Abbé Pierre :
Pour favoriser l'accès au logement

L'abbé piere lors de l'innauguration de la pension de Famille de MarseilleLa Fondation Abbé Pierre (FAP) a pour vocation d'aider les personnes défavorisées à obtenir des conditions de logement décentes et dignes. Elle a aussi un rôle d'observatoire qui pointe les causes engendrant des situations de mal-logement. Son action est relayée en PACA par la délégation régionale située à Marseille.

La France compte plus de 3 millions de mal-logés : plus de 2 millions vivent dans des logements insalubres, 600 000 sont en situation de surpeuplement critique, 400 000 ne disposent que d’un logement temporaire et l'on estime à plus de 86000 personnes le nombre de sans domicile fixe. En PACA le pourcentage d’équipement en logements sociaux n’est que de 12,8% (contre 16% au niveau national), les besoins sont donc très importants.

Face à cette situation, la délégation régionale de la FAP entend développer pour les trois années à venir son partenariat avec des associations spécialisées pour la mise en œuvre de programmes de production de logements pour les mal-logés et pour les personnes sans logement.

Par ailleurs, la Fondation Abbé Pierre initie des opérations visant à développer des lieux de vie d’un genre nouveau comme les pensions de famille et les boutiques solidarité.

la pension de famille de marseilleLes Pensions de Famille.

Les Pensions de Famille associent des logements indépendants regroupés sous un même toit à un mode de vie convivial. Animées par un couple d’hôtes, elles permettent à des personnes isolées et fragiles de se poser dans un logement agréable. Ces lieux parviennent à recréer un cadre chaleureux et sécurisant, où chacun peut faire une halte, le temps qu’il veut, et renouer des relations apaisées avec le monde extérieur. La Fondation Abbé Pierre a ouvert une pension de famille le 7 mai dernier au centre d Marseille, à proximité de la Gare St Charles. Ce lieu propose 17 logements (du T1 au T3) et accueille actuellement 25 personnes qui, au fur à mesure des échanges conviviaux établis au sein de la Pension de Famille, peuvent vivre autre chose que la misère et reprendre goût à la vie.

Les Boutiques Solidarités. Jéricho est reconnu Boutique solidarité depuis 1993

Les Boutiques Solidarités sont des accueils de jour conviviaux et chaleureux. Elles sont une main tendue à tous ceux qui sont en détresse. Il y a dans notre région, 3 Boutiques Solidarités, à Marseille, Toulon et Fréjus. La Boutique Solidarité de Marseille est directement gérée par la Fondation Abbé Pierre. A Toulon, et à Fréjus, se sont des associations membre de l'Union diaconale qui animent les boutiques solidarité, Les Amis de Jéricho à Toulon, et Les Amis de Paola à Fréjus. Au total, le réseau est composé de 26 Boutiques Solidarités en France métropolitaine et dans les DOM TOM. Ce réseau se retrouvera pour échanger sur «l'avenir» des Boutiques Solidarités dans le cadre de rencontres nationales qui se dérouleront à Sanary-sur-Mer, près de Toulon les 16 et 17 septembre 2004. Ces rencontres seront l'occasion d'un échange de savoir-faire et d'une mise en commun d'initiatives, pour continuer à lutter contre le Mal logement.

Pour plus d'infos
Délégation régionale de la Fondation Abbé Pierre
20, rue Loubon
13003 Marseille
Mel : [email protected]

Web : www.fondation-abbe-pierre.fr

 

Sommaire

Rappels...


Communiquer...


Boite à Outils

logo udv
IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources d'ingénierie sociale de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)



En juillet et en août, Iota ne parait qu’une fois par mois. Rendez-vous le 6 septembre pour le N° 24