Iota, Bulletin d'infos de l'UDV
N°67
double aout 2006

EDITORIAL

Face à la crise du logement...

Face à la crise du logement qui s'installe en France depuis plusieurs années, la région PACA ne fait pas parti des meilleurs élèves.
Les efforts consentis ces dernières années ont bien du mal à rattraper le retard accumulé et les initiatives qui se multiplient dans les associations sont véritablement les bienvenues pour compléter les politiques locales de logement social.

Dans ce contexte, l'association Les Maisons bethléem apporte sa pierre à l'édifice sur le créneau particulier du logement de futures mamans et mères de jeunes enfants en situation de précarité.
De manière plus générale, le rapport 2006 de la Fondation Abbé Pierre sur l'état du mal logement en France, présenté à Toulon à l'occasion de la rencontre sur l'auto réhabilitation, organisée le 22 juin dernier par le Collectif pour l'Hébergement Varois, la Communauté Emmaüs de la Seyne sur mer et le PACT-ARIM, donne un aperçu de l'ampleur de la tâche.

Sara CALAMEL


ZOOM SUR...

Accueillir les mamans en difficulté, le temps d'une halte

Aux Maisons Bethléem, les futures mamans et mères d'enfants de moins de deux ans, particulièrement concernées par la crise du logement, trouvent un abri temporaire pour reprendre des forces avant de résoudre leur situation de précarité.

Créée en mai 2003 à l'initiative de l'Evêque de Toulon qui souhaitait amorcer une activité autour de la maternité chez les jeunes, l'association a adopté un système de sous-location d'une durée maximale fixée à 6 mois qui permet aux jeunes femmes accueillies de se reposer quelques temps tout en restant dans une dynamique pour trouver une solution durable.
Hébergement des jeunes femmes dans l'un des 7 appartements sous-loués, accueil, écoute et aide au relogement, plus de 80 personnes (mères et enfants confondus) ont bénéficié de l'aide des Maisons Bethléem depuis juin 2004, date du démarrage de l'activité d'hébergement.
L'accompagnement dans les démarches de relogement est facilité par des partenariats avec quelques agences immobilières acceptant d'assouplir leurs critères.Finalement, grâce à ce réseau de partenaires, les Maisons Bethléem ont réussi à reloger l'ensemble de leurs sous-locataires.

Sortant de foyers, en cours d'expulsion, en fin de bail ou en rupture conjugale, la plupart de ces jeunes femmes ont demandé un logement social (le délai d'attente moyen étant de 3 à 5 ans sur Toulon).
Pour ce qui est du parc locatif privé, c'est une autre histoire : "Elles n'essayent pas forcément de chercher dans le privé. Sans appui extérieur, l'accès est impossible. L'association fait les premières démarches, et évite ainsi la mise en échec très difficile à vivre pour les mamans", confie Odile Jolivet, directrice de l'association.

Christelle s'est installée le 15 juin dans un appartement des Maisons bethléem, elle est enceinte de 5 mois et prend doucement ses marques.
"C'est l'assistante sociale du conseil général qui m'a parlé des Maisons bethléem. J'avais le choix entre retourner dans un foyer ou venir ici. Je n'avais pas envie de retourner en foyer, c'est important d'avoir son intimité. Ici, c'est une étape pour souffler et faire le point sur plein de choses".

Entre le suivi de l'assistante sociale, qui est maintenu pendant son hébergement, l'accompagnement des Maisons bethléem dans les démarches de relogement et la découverte de l'association ADEPAPE (Association départementale d’entraide entre les pupilles et anciens pupilles de l’Etat), Christelle se sens aujourd'hui entourée et peut penser à son avenir.
"J'aimerais trouver un appartement à l'année, je cherche de mon côté mais l'association m'aide, c'est plus rassurant, c'est quand même la galère pour trouver un logement". Après la naissance de son enfant, elle envisage peut-être de démarrer une formation en photographie.

Plus d’infos :
Maisons bethléem
Permanence : 26, rue des Riaux - 83000 Toulon
Adresse postale : 25, rue de la glacière - 83000 Toulon
04 94 24 97 10


FENÊTRE SUR...

La crise du logement s'enlise

La fondation Abbé Pierre a présenté son rapport annuel sur le mal logement lors de la journée de rencontre débat sur l'habitat organisée le 22 juin dernier par le Collectif pour l'Hébergement Varois sur le thème de "l'amélioration du cadre de vie, une réponse au mal logement". A la lumière de cet état des lieux national, la situation varoise parait particulièrement préoccupante et l'action du Collectif pour l'Hébergement Varois prend tout son sens.

Ce nouveau rapport sur l'état du mal logement en France confirme l'aggravation de la situation déjà très tendue du marché du logement.
Il recense 3 207 500 personnes confrontées au mal logement et 5 670 000 personnes en situation de réelle fragilité à court ou moyen terme. Soit au total près de 9 millions de personnes qui rencontrent des difficultés face au logement.
Analysant de nombreux indicateurs et multipliant les appels et mises en gardes, ce travail présente non seulement une photographie du mal logement en France mais offre une réflexion plus profonde sur la prise en compte dans la société des pauvres et des modestes.

Plus proche de nous, un communiqué de presse publié le 17 mai dernier par la région PACA dresse un état des lieux consternant : "le nombre nécessaire de logements pour atteindre les objectifs de la loi SRU est de 90.000 logements sociaux, mais le nombre de demandes de logement correspondant aux conditions des ménages (...) représenterait quasiment le double."

Sur le territoire de Toulon Provence Méditerranée, 16 000 demandes de logements sociaux sont recensées pour 1500 d'attributions par an sachant qu'il faut déduire de ce chiffre les 1000 besoins en relogement induits chaque année par le renouvellement urbain.
Les chiffres provenant du ministère du logement sur l'application de la loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain (SRU) confirment le retard important du département du Var.
Au premier janvier 2005, sur les 23 communes du Var concernées par l'obligation légale de parvenir à 20% de logements sociaux en 2020 :
> 5 ont rempli leurs objectifs de rattrapage
> 11 ont un taux de logements sociaux inférieur à 5%
> 4 dépassent les 10%.
> un exemple de bon élève avec la ville de la Seyne :
- taux de 19,89% de logements sociaux
- construction en 2004 de 51 nouveaux logements au lieu des 4 imposés par la Loi.

Quelques espoirs peuvent reposer sur le Plan Départemental pour le Logement des Personnes Défavorisées qui devrait être approuvé en octobre 2006 par le comité départemental d'insertion du Var. Il se décline en trois objectifs :
- Maintenir la capacité de relogement dans le parc public et privé des grandes familles.
- Développer l'offre d'hébergement et de logements d'insertion.
- Renforcer et mieux articuler les initiatives susceptibles d'intervenir en faveur d'un maintient satisfaisant dans le logement.

Du côté des associations, les craintes subsistent, et le Collectif pour l'Hébergement Varois mettait en garde le 22 juin dernier contre une réponse mécanique apportée à un mal beaucoup plus profond :
"Nous devons bien sûr trouver des solutions de logement mais également permettre aux personnes accueillies, au travers de cette solution de logement de reprendre leur vie en main et d’en redevenir réellement acteur."
C'est tout le sens de l'action du CHV qui s'est spécialisée dans l'auto réhabilitation des logement par leurs nouveaux occupants.

A l'heure où la politique pour le logement social se lance dans un nouveau rebondissement avec l'adoption le 16 juillet dernier, par l'assemblée nationale et le Sénat, de la Loi intitulée "Effort National pour le Logement", un défi gigantesque reste à relever pour inverser la tendance du marché sans oublier d'accompagner les personnes défavorisées pour qu'elles investissent leur cadre de vie.

Plus d’infos :
Fondation Abbé Pierre
Agence régionale PACA
16/20 rue Loubon
13003 Marseille
04 91 50 61 77
Collectif pour l'Hébergement Varois
19, rue Paul Landrin
83000 Toulon
04 94 92 18 13



Télécharger le rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement

Télécharger la synthèse du rapport



Sommaire

Formations



Rappels...

 
 
Communiquer...


Boite à Outils

logo udv
IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources d'ingénierie sociale de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)