Iota, Bulletin d'infos de l'UDV
N°70
2 octobre 2006

EDITORIAL

Si peu de temps et l'on a déjà l'impression que c'est du passé !
La rentrée, son lot de nouveautés et de remises en route, c'est déjà de l'histoire ancienne… affaire classée. Ceci dit, il est toujours bon de regarder de plus près les sujets qui semblent parfaitement maitrisées.
Dans ce numéro, Iota revient sur deux thèmes que l'on peut qualifier de "bien connus" dans les associations de l'UDV. Et pourtant, l'accompagnement à la scolarité et la Loi sur les tutelles restent des sujets inépuisables.
Au Centre Social et Culturel Massillon, depuis la rentrée, l'accompagnement à la scolarité a repris toute sa place au cœur de l'association et l'équipe éducative, constituée d'animateurs salariés et de bénévoles, attaque une nouvelle année.
Du côté des lois, on a parfois l'impression d'échapper à la règle du temps ou de vivre dans une temporalité parallèle. C'est le cas par exemple avec l’avant projet de loi réformant les tutelles, il avance tout doucement, depuis déjà quelques temps, et frappe aujourd'hui à la porte du Conseil d'Etat…

L'équipe de Iota


ZOOM SUR...

Loisir et travail scolaire, deux ingrédients essentiels de l'accompagnement à la scolarité

La rentrée des classes est encore toute fraiche mais déjà, au Centre Social et culturel Massillon, tout le monde a repris les bonnes habitudes : l'accompagnement à la scolarité reprend son rythme de croisière.

Après avoir pris le goûter préparé par leurs parents, quelques CM1 retournent en classe avec les animateurs du Relais culturel Var Méditerranée pendant qu'un groupe de CM2 joue dans la cour avec l'équipe du Centre Social Massillon, et dans une demi-heure, les groupes échangeront leur place. Au même moment, une trentaine de CP, CE1 et CE2, quittent comme chaque soir de la semaine l'école Michelet, du centre ville de Hyères, en direction du Centre Social.

17h et la joyeuse farandole peu commencer : qui va travailler, qui commence par jouer un peu? A chaque rotation on se dispute la place : "c'est à moi maintenant, j'ai pas encore travaillé moi !" tandis que d'autres ne cachent pas leur joie de rester dehors à courir bruyamment avec les copains. Le roulement mis en place par l'équipe du Centre Social semble avoir conquis les enfants : 20 minutes de travail, par petits groupes de 2 ou 3, accompagnés d'un animateur ou d'un bénévole et ensuite ils vont jouer pendant que d'autres enfants travaillent…
"Après une journée d'école, ce n'est pas réaliste de leur demander de retourner s'asseoir derrière une table pendant une heure" explique Stéphanie Argenton, Directrice adjointe du Centre Social et responsable du secteur jeune, "ils ont aussi besoin de jouer."

L'accompagnement à la scolarité entre dans le cadre du dispositif CLAS (Contrat Local d'Accompagnement à la Scolarité), soutenu par les pouvoirs publics, qui propose une dynamique d'accompagnement éducatif complémentaire à l'école et destiné aux enfants qui ne bénéficient pas de conditions de travail optimales à la maison.
Ce travail implique un échange permanent avec les instituteurs pour assurer une continuité dans la prise en charge des enfants. Les animateurs et bénévoles suivent les indications des instituteurs, répondent aux contraintes de l'école en essayant de s'adapter aux besoins spécifiques de chaque enfant puisqu'ils ont la possibilité de les accompagner individuellement. "Le directeur de l'école est présent tous les soirs pour faire le lien avec les instituteurs et si un problème se présente, on réfléchi ensemble pour trouver une solution commune" précise Stéphanie Argenton. La fiche de lien, destinée à l'équipe éducative, permet de noter le travail de chaque enfant, les remarques et les conseils de l'instituteur. Elle est très utile pour l'équipe mais elle peut aussi être consultée par les parents.
"D'ailleurs, on passe un contrat avec les enfants mais aussi avec leurs parents, ils ne participent pas financièrement, ils ne sont pas obligé de venir mais s'ils viennent, c'est pour travailler" explique Stéphanie Argenton. Une véritable relation de confiance s'est établie entre parents, enfants et animateurs. Une fois par trimestre, tout le monde se retrouve autour d'un goûter festif, une bonne occasion pour échanger de manière simple et conviviale.

Yves, bénévole depuis plus de 3 ans, nous confie : "je viens pour les enfants, mais aussi pour connaître de nouvelles personnes et m'intégrer dans la vie de Hyères". "Mon plus grand plaisir c'est quand je rencontre les enfants à la sortie de l'école et qu'ils viennent me dire bonjour". Yves se souvient en particulier de trois enfants, Mohamed, son frère et sa soeur. Arrivés en France l'année dernière sans parler un mot de français, ils pleuraient à chaque fois que l'on s'adressait à eux car ils ne comprenaient pas. "On a commencé par le début, on a apprit l'alphabet, et aujourd'hui ils comprennent très bien, parlent correctement et arrivent même à écrire."

C'est bientôt l'heure de rentrer à la maison et quelques-uns continuent à courir après le ballon pendant qu'un élève de CP se concentre sur son défit : écrire "lustucru", pas facile! Dans la pièce d'à côté un problème de maths donne du fils à retordre et l'on a besoin des lumières de Sébastien, animateur responsable du loisir pour la soirée…
Mais, quelle heure est-il ? Déjà 18h30, on a laissé filer l'heure et tout le monde se précipite pour ne pas arriver trop tard à la maison!

Plus d’infos :
Centre Social et Culturel Massillon
12, rue de Verdun
83400 Hyères
Tel : 04 94 00 36 01

FENÊTRE SUR...

Tutelles : du changement dans l’air

L’avant projet de loi réformant les tutelles, préparé de longue date en concertation avec les professionnels, est actuellement soumis au Conseil d’Etat. Il a pour objectif de reconnaître le statut personnel de la personne protégée. Un notaire nous fait part de ses réflexions.

Il y a les avantages et les inconvénients du dispositif de tutelle actuel. Nous vous proposons un petit rappel des différentes formes de tutelles et quelques témoignages issus du rapport moral d’ATD quart Monde sur ce sujet, comme introduction à la réflexion de Maître Amaury Roquebert, notaire à Ollioules, et président de l’association Kaïré, qui accueille notamment des personnes sous tutelles dans ses activités théâtrales et artistiques.


Quand une personne est sous tutelle aux incapables majeurs, elle ne dispose ni de ses revenus, ni de ses biens ; le droit de vote est supprimé et elle ne peut pas se marier sans le consentement du juge ; le tuteur se substitue à la personne protégée.
Sous curatelle renforcée, la personne ne peut seulement gérer qu'une partie des ses biens.
La curatelle simple est la protection la plus légère : en général les personnes gèrent seules leurs revenus mais dépendent d’une personne pour gérer un logement, une succession, etc…
La tutelle aux prestations sociales (adulte ou enfant) est ordonnée par le juge lorsqu’il estime que l’allocation concernée n’est pas utilisée dans l’intérêt du bénéficiaire.

Pour certains la tutelle consiste en un véritable soutien qui leur a permis d’améliorer leur situation : "Avec la curatelle je suis tranquille car je suis sûr que les factures sont payées", confie une famille rencontrée par le Mouvement d'ADT Quart Monde.
Malheureusement, lorsqu’elles sont mal appliquées, ces mesures peuvent entraîner déresponsabilisation, perte de pouvoir sur leur propre vie, voir isolement social, des personnes sous tutelle qui témoignent parfois de ces difficultés : "Le tuteur a trop de pouvoir,…, il entre parfois chez moi quand je ne suis pas là,…, il faudrait que le tuteur n’emploie pas la menace." "On peut vraiment se demander comment des gens qui gagnent 1500 euros par mois peuvent critiquer la manière dont d’autres utilisent les 400 euros qu’ils ont." Pour approfondir ce sujet, nous vous laissons le soin de lire la suite en cliquant ici.

Sommaire

Formations

Rappels...

Communiquer...

Boite à Outils

logo udv
IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)