Iota, Bulletin d'infos de l'UDV
N°75
11 décembre 2006

EDITORIAL

Après avoir exposé, dans le numéro 73 de Iota, les grandes lignes du dispositif d'hébergement hivernal, la manière dont il s'organise et dont il se vit dans les équipes de salariés et de bénévoles, il était important de recueillir l'écho des premiers intéressés : les personnes accueillis dans ces lieux d'hébergement d'urgence. Une soirée passée à leurs côtés permet de prendre une mesure un peu plus juste de ce qu'ils vivent réellement et soulève quelques interrogations… au-delà des dispositifs bien rôdés que l'on a l'habitude de décrire sur le papier.

En ouverture, Iota se penche sur l'actualité récente du dialogue inter religieux en revenant sur la semaine de rencontre Islamo – chrétienne. Ce bilan très positif nous apporte en ce temps de fête, de bonnes raisons d'espérer et nous encourage à poursuivre nos efforts pour avancer sur le chemin du respect mutuel et de la fraternité universelle.

Sara Calamel

ZOOM SUR...

Un bus pas comme les autres

Depuis le 6 novembre, un bus urbain "Samu social de l'aire toulonnaise" circule sur l'agglomération toulonnaise pour transporter les personnes qui sont hébergées "en urgence".

Le nouveau trajet du bus, définit après concertation et écoute mutuelle alors que la période hivernale était déjà entamée, a mis du temps à fonctionner! Il fallait ensuite vérifier sur le terrain, avec les personnes impliquées au premier chef, le bien fondé de ce nouveau circuit. C’est ainsi que je monte dans le bus un soir, à la gare routière.

Une dame est assise avec un bouquet de fleurs, un jeune homme de 20 ans slalome entre les sacs et les personnes restées debout, un homme lit et souligne quelques mots avec un stabilo rose, une dame avec un casque se balance au rythme de sa musique, deux personnes se partagent des oreillettes pour en écouter une autre, un homme habillé de noir ferme les yeux...
Voici quelques passagers du bus du Samu social de l'aire toulonnaise, un dispositif mis en place pour faciliter l'accès des personnes inscrites par le SAO 115 à leur lieu d'hébergement situé à La Garde.
"Partir de Jéricho, c'est mieux si on veut être assis". Pragmatisme d'un des 45 passagers (pour 19 places assises) qui monte cependant à l'arrêt de la gare routière de Toulon "c'est pratique car proche du centre-ville!" Une dernière passagère monte à l'arrêt Champs de mars, car "ici, on est avec les étudiants, sur les autres arrêts on nous regarde comme des SDF".

La journée a été pluvieuse, mais le RMI est tombé récemment alors il y a moins de monde que d'habitude. Un père de famille vient pour la première fois et, faute de dispositif existant pour accueillir les familles, il a du laisser sa femme et ses enfants dans un centre d'hébergement pour femmes. A table, il paraissait bien perdu devant ce monde d'exclusion, de souffrance psychique, et d'addictions diverses. (Plus de la moitié des personnes présentes sont accompagnées par l'interface psychiatrique Siloë).
Une personne d'origine algérienne de 68 ans s'insurge contre le manque de respect qu'on lui témoigne : "lorsqu'on ne se connaît pas, le vouvoiement est de rigueur, surtout des jeunes envers les anciens !" Une autre compare le local à ceux qu’elle voit en journée : "C'est pas très convivial ici..."
Derrière ces quelques exemples, il est facile d’entendre le cri de ces personnes qui revendiquent le respect de leur dignité. Cette même dignité qui souffre quotidiennement de certains regards posés sur eux, de la dépersonnalisation des centres d’hébergement, du mélange de personnes avec des problématiques si différentes,… cette dignité que certains perdent parfois lorsque, après une journée fatigante, ils participent au climat de tension qui s'instaure dans la soirée. Dans ce contexte pas facile, les salariés font de leur mieux avec les moyens qu'ils ont pour que tout ce petit monde se côtoie dans une ambiance correcte.

Demain le bus repartira dans l'autre sens. Il aura permis de mettre à l'abri pour une nuit ces victimes de l'exclusion. Chacun espère qu'une place hypothétique se libère ailleurs, dans des lieux aux noms évocateurs de durée et de repos : Etape, Relais, Accueil Provençal, St Louis.
En attendant, un germe d'espérance est semé ce soir là : l'annonce de la prochaine nuit de partage et de prière avec les sans-abris, le 21 décembre. L'occasion aussi rare que précieuse d'inverser les rôles, comme lors de ma visite, et d'accueillir des personnes du monde extérieur qui viennent les rejoindre « chez eux » pour vivre un moment ensemble. Un geste qui soutiendra aussi le Samu social dans sa volonté de préserver la dignité des personnes qu’il accueille, malgré la déshumanisation liée à l’exclusion, les limites du système de l’hébergement d’urgence, le peu de débouchés disponibles après l’hébergement d’urgence,…

Gonzague de Fombelle

Plus d’infos :
Samu social de l'aire toulonnaise

365, av Colonel Picot - 83100 Toulon
04 94 23 99 08
FENÊTRE SUR...

Une semaine de rencontres
islamo-chrétiennes

Comme dans quarante villes de France et pour la deuxième année consécutive dans le Var, le Service des relations avec l’islam du diocèse (SRI) a organisé avec ses correspondants musulmans, entre le 18 et le 26 novembre, une semaine de rencontres islamo-chrétiennes.

Les perles du Sud et Choeurespérance à Pontcarral
Tout a débuté par un grand dîner de 120 personnes au centre d’animation de l’Escaillon, tenu par des sœurs salésiennes, dans le quartier de Pontcarral. Dans ce quartier dit sensible, plus de deux mille personnes, à majorité musulmanes, vivent dans des tours, à 100 mètres de la petite église Ste Roseline. Après des chants interprétés par "Chœurespérance" et par "Les perles du Sud", on partage les plats provençaux ou orientaux que chacun a apportée et les conversations vont bon train tard dans la soirée entre les groupes qui se mêlent.

Les oliviers de la paix à la Seyne-sur-mer
Le lendemain, par un dimanche après-midi ensoleillé, dans le quartier Berthe à La Seyne-sur-mer, en présence de notre évêque et du maire de La Seyne, un olivier –symbole de paix dans les deux religions - est planté sur le chantier du futur centre culturel et cultuel musulman. Dans une sorte de procession fraternelle, deux cent personnes parcourent ensuite le chemin, traversant Berthe jusqu’à l’église St Jean, pour planter dans son jardin un autre olivier. Pour conclure cette rencontre, un pot de l’amitié est partagé et permet à chacun de se connaître un peu mieux.

Visite réciproque des lieux de culte à Lorgues
Pendant ce temps, à Lorgues, une cinquantaine de chrétiens et de musulmans, avec le curé de la paroisse et l’imam, visitent les lieux de culte de chacune des deux communautés. Les questions posées montrent l’intérêt que l’on porte à ce que fait l’autre et le débat sur la prière qui s'anime ensuite confirme que l'on a beaucoup à se dire.

Un diacre et un Imam parlent du Jeûne
Le jeudi soir à la maison Providence à Toulon, une centaine de personnes se retrouvent pour des exposés du diacre Gilles Rebèche et de l’imam Brahim Gharbi, du quartier Pontcarral, sur le sujet du jeûne. Là encore les questions s'enchainent et le débat s'anime pour révéler le besoin de connaissance mutuelle.
Dans une ambiance très fraternelle la soirée se termine par la dégustation de boissons et pâtisseries d’orient ou d’occident.

Rencontre de prière à l'abbaye de Lérins
Pour les heureux qui ont pu y participer (15 musulmans et 10 chrétiens) le « clou » de la semaine a sans conteste été la découverte de l’abbaye N-D de Lérins, sur l’île de Saint Honorat, le dimanche suivant. Une petite traversée en bateau à partir de Cannes et voilà ces visiteurs d’un jour qui accostent devant l’ancien monastère fortifié. Après un accueil particulièrement chaleureux des 25 moines de la communauté, chacun assiste à la prière de l’autre. Dans une sorte de grand silence les musulmans écoutent l’office de sexte. Les chrétiens, moines et visiteurs, assistent ensuite, dans la prairie ensoleillée, à la prière des musulmans qui se prosternent vers l’est. Un déjeuner, une visite du cloître, du réfectoire, et un petit tour dans l’île, à la découverte de ses 7 chapelles, et voici une belle journée qui prend fin.

Au moment où le bateau quitte l’embarcadère quinze moines, tout aussi émus que leurs visiteurs, font des grands signes d’adieux.

Le dialogue n’est pas une option
Ainsi prenait fin cette deuxième semaine de rencontres islamo-chrétiennes, qui montre une fois encore que le chemin est ouvert. Belle coïncidence : deux jours plus tard le pape Benoît XVI rappelait, à l’occasion de sa visite en Turquie, que « le dialogue entre les musulmans et les chrétiens n’est pas une option ». L’an prochain, nul doute que plus nombreux encore seront ceux qui auront entendu l’appel.

Plus d'info :
Service des relations avec l'Islam
4 rue Pierre Sémard
83000 Toulon
0623888558

Sommaire

Formations

Rappels...

Communiquer...

Boite à Outils

logo udv
IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)