Iota, Bulletin d'infos de l'UDV
N°76
4 janvier 2007

EDITORIAL

Les promesses de 2007

2007 est une année électorale. Après l’élection présidentielle, en mai, des élections législatives auront lieu en juin, puis des élections municipales à l’automne.
Le temps des élections est aussi celui des promesses. Celle faite par le président de la République lui-même, lors de ses vœux, de mettre en place un véritable droit au logement opposable, peut marquer une avancée importante dans la lutte contre l’exclusion. En effet, plus de 50 ans après le premier appel de l’abbé Pierre, le problème du logement reste préoccupant en France.
De nombreuses associations luttent pour faire en sorte que le droit au logement devienne une réalité. Mais, des vœux à leur réalisation, la distance est souvent longue. Beaucoup de promesses ont déjà été faites, de nombreuses lois ont été votées, et les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des espérances.

Les associations, comme celles qui constituent le réseau de l’UDV, doivent être mobilisées, en particulier dans ces périodes électorales, pour faire en sorte que la question de la dignité de chaque personne humaine soit au cœur des débats publics, mais aussi que les engagements pris soient respectés.

A tous, nous souhaitons une bonne année 2007, pleine de promesses …tenues !

Jean-Michel PERMINGEAT
Président de l’UDV

ZOOM SUR...

Meilleurs vœux pour 2007

FENÊTRE SUR...

La nuit des sans abris…
doit-elle prendre une nouvelle forme ?

Depuis 1993, chaque 21 décembre quelques toulonnais se rassemblent pour la "nuit de partage et de prière avec les sans abris de la terre entière". Cette année, les différents acteurs de cet évènement se sont questionnés sur la pertinence de la forme prise par cette nuit des sans abris depuis plusieurs années : un temps de recueillement et une nuit passée à dormir dehors pour partager avec les sans abris leurs conditions de vie.
Aujourd'hui, beaucoup de choses ont changées, et si les places en hébergement hivernal se sont multipliées, les solutions de plus long terme font malheureusement figure d'exception.

En hivers, rares sont les sans abris qui dorment dehors… pour garder son sens et continuer à être un lieu de rencontre et de partage avec les sans abris, la manifestation doit peut être prendre une nouvelle forme, s'ouvrir à de nouvelles réalités…
Pour répondre à ces questions, c'est naturellement vers les premiers concernés que la Fraternité Saint Laurent s'est tournée, en allant rencontrer dans leurs lieux d'hébergement d'urgence les Toulonnais sans abris avant de rejoindre le Square Broglie pour un temps de partage et de prière interreligieuse en présence de Don Marc Aillet, vicaire général du diocèse de Fréjus-Toulon, de Mustapha Ouamou, imam du centre ville de Toulon, de Saïd Ichouri, représentant de l'Union des associations musulmanes du Var et du diacre Gilles Rebêche.

Le témoignage de Jean-Marie Martin, membre de la fraternité Saint Laurent, nous offre un aperçu concret des discussions qui ont animé la soirée.

"Ce soir du 21 décembre, à l'occasion de la nuit de partage et de prière avec les sans abris du monde entier, des membres de la Fraternité Saint Laurent, dont certains ont connu la galère de la rue, se sont rendu à l'accueil de nuit géré par le Samu Social de l'aire toulonnaise à l'Hôpital Georges Clémenceau de La Garde.
30 minutes de car, de la base du Samu à Saint Jean du Var, en passant par la gare pour acheminer une cinquantaine de personnes dont Gilles, Marius, Jean-Marie, Marie-Agnès et Françoise de la Fraternité Saint Laurent et Sara de l'UDV. Pour la plupart d'entre nous c'était la découverte de la structure et de son fonctionnement.

Nous étions venu pour parler, de cette nuit des sans abris, de l'histoire de ces gars de la rue qui, il y a plus de dix ans, ont invité ceux qui le voulaient à découvrir, le temps d'une nuit, ce qu'ils vivaient et à prendre un temps d'intercession pour tous ceux qui, de par le monde, se retrouvent à la rue. Nous en avons parlé pour entendre ceux qui vivent à la rue aujourd'hui, ce qu'ils ont à en dire, ce à quoi ils veulent eux aussi nous inviter !
Ce fût dans le bus que les discussions furent les plus fortes !
Steeve, 20 ans, avait besoin de déballer ses sentiments, de donner sa vision d'un monde replié sur lui-même, d'une société matérialiste et égoïste avec ses mots à lui, pas toujours bien choisis. Deux autres plus âgés, l'ont repris vivement, l'invitant à servir la soupe quelques nuits avec le Samu pour comprendre, écouter, observer…
De lui dire la chance qu'il avait, en France, d'avoir ces structures, ces espaces ; et un Russe de témoigner de ceux qui meurent de froid chez lui dès qu'ils manquent de chauffage, et l'autre de dire que chez lui, au cœur de l'Afrique, tu peux mourir dehors sans qu'on s'occupe de toi tellement la misère touche tout le monde !
Steeve ne voulait par dire ça… la discussion s'est apaisée. Après cela, dure de s'exprimer, il faut respecter les histoires de chacun, pas toujours faciles ni simples :"chacun a son histoire et il faut rester soi-même. Mais il faut faire gaffe, la rue elle peut aussi coller à la peau et une habitude, on a du mal à s'en défaire au bout d'un moment". Le bus est arrivé et la discussion s'est arrêtée… Ce temps de prière et cette nuit dehors c'est en pensant à eux trois que je la vis, puis à David, à Alain, à Francis, Omar, Salmi, Vadko etc… Parfois il n'y a plus rien à dire, suffit d'être là, présent, priant, aimant…
".

Plus d'info :
Fraternité St Laurent
4 rue Pierre Sémard
83000 Toulon
04 94 89 09 47

Sommaire

Formations

Rappels...

Communiquer...

Boite à Outils

logo udv
IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)