N°78
5 février 2007

L’union diaconale du Var a officiellement, depuis le numéro de IOTA consacré aux vœux, un nouveau logo, dont IOTA s’approprie les couleurs. Peut-être évitera-t-il, par rapport à l’ancien, un quiproquo contenu dans sa forme : « allo, l’union diagonale du Var ?... » !
Au-delà de ce petit clin d’œil, ce changement n’est pas anodin. Ce n’est pas rien de changer un logo qui existe depuis plus de dix ans, porteur d’histoires partagées… Mais c’est justement cette histoire, l’évolution de l’association et de son environnement qui déclenche la recherche d’un nouveau logo. Il doit pouvoir contenir la force de son histoire mais aussi l’élan de son avenir.

Vous verrez dans l’article sur Dracénie Solidarité comment cette histoire et cet avenir passent par une organisation sur les territoires annoncée en 2006 : « l’UDV vers des territoire solidaires ».
Cette organisation ne peut pas se faire non plus de n’importe quelle façon. Elle doit être cohérente avec cette façon de faire, d’être, auprès des personnes en difficulté, contenue dans les valeurs de l’UDV. Regardez donc bien ce petit logo, ses couleurs, ses détails… il devrait vous parler, chacun à votre manière, des richesses de l’UDV !

Gonzague de Fombelle

La Dracénie, un territoire qui bouge, qui s'organise !

S'organiser, sur un territoire pour gagner en efficacité et favoriser le développement de la solidarité en direction des personnes en difficultés, voilà un défi de taille et c'est celui qu'ont souhaité relever les fondateurs de la nouvelle association Dracénie Solidarités, qui a vu le jour le 11 janvier dernier.

Sur l’aire dracénoise, les acteurs de solidarité ne chôment pas et pourtant il y a beaucoup d’actions qui ont besoin d’être soutenues, d’être mises en réseau. Il y a aussi des projets qui ont du mal à éclore.
Prenant conscience de cela et pour tenter de répondre à ces défis, l’association Dracénie Solidarités a vu le jour grâce à la mobilisation d’acteurs locaux et à l’accompagnement de l’UDV. Cinq associations du territoire participent au Conseil d’Administration, le Père Philippe Le Pivain, curé de la paroisse de Draguignan, en a accepté la présidence et Martine Floret a été engagée comme responsable salariée. Un conseil d'administration solide s'est vite constitué avec une équipe de jeunes retraités aux compétences variées et prometteuses : comptabilité, action sanitaire et sociale, gestion, direction de ressources humaines…

Dracénie Solidarités s’appuie sur l’exemple réussi de l’apport de Solidarité Est Var sur le territoire Var Est (autour de Fréjus-St Raphaël). Comme le résume René Puddu, "organiser notre action sur les territoires, c'est s'accrocher aux pas d'une personne en difficulté et travailler sur son lieu de vie, au plus près de son propre réseau. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, c'est le meilleur moyen de supprimer les frontières, de mieux travailler ensemble et de favoriser la proximité entre les acteurs sociaux."
C'est d'ailleurs le pari qu'a fait le Conseil Général depuis quelques années en proposant huit "Territoires de développement" dans le Var dont l'aire dracénoise fait partie.

Une première piste de travail s'articule, en partenariat avec l'association Les amis de l'Horeb, autour d'une réflexion sur l'accompagnement des familles de détenus du Centre pénitencier de Draguignan.
La dynamique des Rencontres du bénévolat, menée fin 2006 à Draguignan, a également permis de faire émerger certains besoins du tissus associatif local qu'il serait intéressant de creuser … nous prenons rendez-vous dans quelques mois pour faire un premier bilan de cette nouvelle initiative territoriale !

Plus d'info :
Dracénie Solidarités
Martine Floret
50, grande rue - 83300 Draguignan
06 99 86 72 71

Les rencontres du bénévolat… premier bilan

Depuis quelques mois vous voyez régulièrement apparaître dans les rappels de Iota ce drôle de logo qui annonce une réunion de préparation, une Rencontre du bénévolat ou une réunion d'évaluation sur l'un où l'autre des territoires du Var.
Mais finalement quelle démarche se cache réellement derrière ces Rencontres du bénévolat, à quelles besoins répondent-elles et quelles réflexions peuvent-elles faire émerger ?
En présentant un exemple, celui du pays hyérois, Iota vous propose quelques éléments de réponse.

En juin dernier, cinq associations du pays Hyérois répondent à l'invitation du service du bénévolat de l'UDV et se retrouvent au Centre social Massillon pour préparer une rencontre du bénévolat. Les débats sont très riches et un constat est partagé par la majorité des associations présentes : les équipes de bénévoles vieillissent et leur renouvellement est très difficile. La date du 13 octobre est donc fixée pour une Rencontre du bénévolat qui devrait permettre de promouvoir le bénévolat sur le territoire, de donner envie à de nouveaux bénévoles de s'engager, de donner un temps d'échange et de rencontre aux associations hyéroises et de réfléchir ensemble au sens de l'engagement bénévole.

Au-delà d'un bilan chiffré (12 associations présentent, 22 missions de bénévolat proposées, 10 candidats au bénévolat…) la réunion d'évaluation du 22 janvier, qui a rassemblé 7 associations, offre une analyse qualitative de la démarche qui confirme l'importance des enjeux liés à cette question du bénévolat.

Morceaux choisis :
- La démarche est très intéressante à divers points de vue mais la durée de la rencontre est beaucoup trop courte pour atteindre autant d'objectifs différents (recrutement, débat de fond sur le bénévolat, échanges entre les partenaires associatifs…).
- Pour la recherche de nouveaux bénévoles, le bilan quantitatif immédiat de la rencontre est limité (sur 10 candidats, 5 ou 6 contacts ont été pris et 2 nouveaux bénévoles sont aujourd'hui engagés) mais pour l'analyser, il faut tenir compte du rôle déclencheur des rencontres qui essayent aussi de sensibiliser pour aboutir à une dynamique de plus long terme. La mise en ligne et la mise à jour régulière des annonces des associations qui participent aux rencontres sur un site Internet est un exemple de prolongement créé dans cet objectif. Une nouvelle bénévole s'est d'ailleurs engagée dans une association de Hyères par le biais du site Internet.
- Pour augmenter l'efficacité de cette mission de recrutement le jour même de la rencontre du bénévolat, il faudrait investir beaucoup plus de temps en amont (information large du grand public, affichage, presse…) et obtenir un appui des institutions locales pour donner un peu plus de "prestige" à l'événement.
- Le recrutement doit avoir pour finalité de réduire la précarité, il doit donc être mené de manière cohérente et concertée entre les associations, grâce à un travail de réseau, à la mise en place de relais pour orienter les candidats.
- Pourquoi ne pas organiser, à l'échelle départementale, des débats ou conférences sur des sujets transversaux tels que l'accompagnement des bénévoles, les compétences, la formation, complémentarité bénévoles / salariés… ?
- "On a tout à gagner à travailler ensemble" ! Dans le pays hyérois, les échanges ont permis de formaliser une volonté partagée des représentants associatifs présents : celle de travailler en réseau, de tisser des partenariats, d'améliorer la connaissance mutuelle pour aller vers une meilleure concertation.

En conclusion, la formule choisie résume le sentiment général : "il faut enrichir et poursuivre".

Plus d'info :
Service du bénévolat de l'UDV
17, bd Commandant Nicolas - 83000 Toulon
04 94 24 89 23 (permanence le jeudi de 9h à 12h)
http://rencontresbenevolat.free.fr


Formations





IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)