N°84
30 avril 2007

"Paroles de sans voix"

J’ai eu la chance de découvrir par hasard ce supplément de 8 pages qui a été publié le 27 mars 2007 dans les journaux nationaux et régionaux. Un ami SDF, avec qui je discutais, tenais le journal du jour en main et me l’avait prêté. "Une bière en moins" me dit-il pour souligner l’importance qu’a pour lui de s’offrir chaque jour les nouvelles.

Dans ce "Paroles de sans voix", Renée Thominot, 56 ans, fait l’éditorial et ajoute "Je défends à quiconque de m’appeler handicapée sociale. Mis ensemble, ces deux mots ne sont que mépris. Je n’ai pas d’argent, je suis en allocation spécifique de solidarité. Mais j’agis plus que beaucoup d’"intégrés" pour faire vivre mon quartier, pour aider les autres, pour faire vivre la démocratie… Je suis une citoyenne, pas un handicapé social. Vous imposez votre manière de nous voir et de nous étiqueter. Ainsi, vous faites croire que le problème vient de nous et pas de notre société. C’est assez lâche".

Alors coup de chapeau à ceux qui ont fait "Paroles de sans voix" ; coup de chapeau à ces personnes qui osent prendre la parole et à ceux qui les aident à la formuler ; coup de chapeau à ces personnes qui honorent ces paroles en s'assurant qu’elles sont reçues par les autres. Il y a bien des manières d'y contribuer : en choisissant de s'engager, comme notre fidèle lecteur et président d’ATD Quart monde nous y invite, en suivant des formations...

Gonzague de Fombelle

La formation au service des projets

Le Syform accompagne le Comité du 17 octobre dans l'organisation d'une journée de formation le 19 juin prochain. Une occasion de partager des outils, des idées, des expériences...

L'organisme de formation de l'UDV, Syform, diagnostique les besoins, optimise les budgets, accompagne et met en oeuvre les formations. C'est à ce titre qu'il a été sollicité pour organiser cette journée thématique autour du 17 octobre.
Michèle Monte, présidente du Comité du 17 octobre, nous donne envie d'en savoir plus !

"Le 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère, ce n’est pas une commémoration qui nous dispenserait d’agir le reste du temps, ce n’est pas non plus un jour de collecte où l'on se donnerait bonne conscience, ni un jour de colère où l'on crierait des slogans contre de mauvais politiques, "c’est un jour qui fait que les pauvres sentent qu’ils existent parce que nous partageons les idées ensemble", nous dit Rosana, d’Haïti. "C’est, dit-elle, une grande fête où l’on dit ce que nous ressentons, c’est le jour où je cours après la misère pour la combattre."
C’est un jour où l'on peut parler sans honte de la pauvreté et des humiliations qu’elle engendre, en se sentant fier de parvenir, en dépit de tout, à résister et à garder la tête haute.

De nos jours, les inégalités sont telles que certains, faute d’argent et de pouvoir, sont contraints de vivre dans l’insécurité et le déshonneur. Participer au 17 octobre, c’est aller les chercher, se mettre à leur écoute, recueillir leur expérience, bâtir avec eux un moment de fête et de beauté.


De nos jours, les barrières invisibles entre les groupes sociaux sont plus étanches que jamais, et elles alimentent les peurs réciproques. Participer au 17 octobre, c’est organiser une rencontre autour du refus de l'exclusion entre des élus, des travailleurs sociaux, des employeurs, pour qu’ils apprennent de ces personnes privées de leurs droits quels sont leurs souhaits, leurs besoins, leurs projets. C’est leur proposer une activité commune, une création artistique, un jeu, un petit spectacle, qui permettra à chacun d’exister aux yeux de l’autre et d’élargir son regard.

Tout cela n’est pas facile, mais tout cela s’apprend, et le Comité du 17 octobre a déjà expérimenté des outils qui facilitent l’échange d’expériences, la création, le recueil de témoignages. Il vous propose de les partager au cours d’une journée de formation le 19 juin au centre social de Toulon Ouest, 119 Chemin du Temple, de 9h à 17h. Nous espérons que vous viendrez nombreux ce jour-là et que vous serez nombreux à faire vivre l’esprit du 17 octobre dans votre association, votre village, votre quartier, et à partager avec nous vos découvertes."

Michèle MONTE

Plus d'info :
Comité du 17 octobre
17, bd Commandant Nicolas - 83000 Toulon

Syform
17, bd Commandant Nicolas - 83000 Toulon
04 94 24 45 90

Le mémo...
- Télécharger le programme de la formation 17 octobre.
- Télécharger le livret de formation Mai-Juin

Refuser la misère, un chemin vers la paix

Une déclaration de solidarité, intitulée "Refuser la misère, un chemin vers la paix", a été lancée en mai 2006 par un groupe de défenseurs des droits de l'Homme, venant de quatre continents et de toutes les couches de la société, lors d'une rencontre à Montréal. Le mouvement d'ATD Quart Monde a largement diffusé cette déclaration et la remettra en haut lieu le 17 octobre prochain. Pierre Saglio, Président d'ATD Quart Monde, nous explique pourquoi personnellement il attache de l'importance à ce texte.

• "Je crois très important que nous soyons nombreux aujourd’hui à affirmer notre refus d’une société qui abandonne une partie de ses membres, d’une société qui, trop souvent, cultive la peur au lieu d’inciter au rassemblement.
• Je crois essentiel que nous puissions dire qu’aujourd’hui, en France et dans le monde (ce texte circule dans le monde entier) nous sommes un courant, certes minoritaire mais néanmoins nombreux à rappeler l’importance de tisser des liens entre personnes vivant ou non la grande pauvreté en ayant comme ambition commune d’en finir avec la misère, en ayant l’ambition que les droits soient respectés et partagés par tous. Nous sommes dans une société très cloisonnée et nous voulons dire, sans naïveté, notre refus de ce cloisonnement.
• Je crois essentiel de rappeler avec force qu’un droit qui n’est pas partagé devient un privilège. Nous sommes trop souvent dans des situations où nous acculons les pauvres à accepter des choses que jamais nous n’accepterions pour nous-mêmes.
• Je crois essentiel également de redire que l’expérience des pauvres, qui font face quotidiennement, est incontournable pour avancer ensemble. Nous en avons vraiment assez que l’on prenne les pauvres (individus et peuples) pour des imbéciles dont l’expérience et la pensée ne comptent nulle part pour avancer en démocratie.

Je pense que nous avons une carte à jouer lors de la prochaine journée mondiale du refus de la misère (le 17 octobre) compte tenu du renouvellement de nos élus (président, députés, maires) pour affirmer ce courant et dire à ces nouveaux élus notre volonté et notre soutien pour faire du refus de la misère une priorité de leurs choix.
Voilà pourquoi nous remettrons les signatures le 17 octobre au président (ou à la présidente) de la République et nous irons les remettre également aux parlementaires et aux élus locaux mais il faut que nous soyons nombreux. Nous n’avons absolument pas les moyens, nous, militants d’ATD, de réunir à nous seuls un million de signatures… mais si vous nous y aidez… Nous voudrions vraiment que ce geste soit l’occasion d’échanges, de rencontres, de réflexion commune.

Je compte sur vous."

Pierre Saglio

Télécharger la déclaration de solidarité

Plus d'info :
ATD Quart Monde
33 rue Bergère - 75009 Paris
01 42 46 81 95

Le mémo...
- Vous pouvez signer la déclaration de solidarité en ligne sur le site du 17 octobre


Formations





IOTA est la lettre électronique d'informations de L'Union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)