N°97
16 janvier 2008

En 2008, ensemble, habitons la ville !

L’UDV a choisi de placer cette année 2008 sous le signe de la solidarité de proximité.
Ceci afin que nous ayons à coeur d’habiter pleinement notre lieu de vie ; de rendre notre ville, notre quartier vivant, convivial, fraternel ; de créer des liens pour ne laisser personne de coté; de commencer à être heureux là où nous sommes sans rêver à l’herbe plus verte de la prairie voisine.
Ceci prendra plus concrètement forme avec la réflexion sur l’habitat que lance l’UDV, avec l’avancée du projet immobilier Providence à St Jean du Var, avec la médiation de quartier dans ce même quartier et le soutien plus particulier que veut apporter le centre ressources aux associations de quartier.

Je vous souhaite une très bonne année et je vous présente tous mes vœux afin que cette nouvelle année soit encore plus riche en découvertes, rencontres, émotions, partage… que la précédente.

Jean-Michel PERMINGEAT
Président de l’UDV


Plus de lits à Saint-Louis!

Propriété du diocèse la Maison Saint Louis a été confiée à Logivar association créée en 1990 afin de poursuivre le travail accompli par le frère Gabriel et l’Association Saint-Louis depuis 1961 en direction des sans-logis. Depuis le 12 décembre, elle peut accueillir davantage de résidents y compris des convalescents.

En 1998, la maison Saint-Louis a reçu de la DDASS un agrément CHRS (centre d’hébergement et de réinsertion sociale) qui lui permet d’accueillir 18 personnes -des hommes seuls- allocataires ou pas du RMI. Des travaux de rénovation ont été réalisés à l’extérieur d’abord avec notamment la construction d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite. Ils se poursuivent avec la rénovation intérieure prise en charge par une équipe de l’AVAF et l’aide de certains résidents.
Depuis le 1er octobre, Saint-Louis a reçu l’agrément pour 5 lits supplémentaires.

Par ailleurs, en partenariat avec Promo-soins qui prononce l’admission médicalisée et effectue le suivi médical, la Maison Saint-Louis met désormais à disposition 4 lits halte soins santé (LHSS) pour accueillir les sans-abri convalescents. La commission de sécurité a donné son feu vert le 12 décembre dernier.
Pour que chacun des résidents dispose d’un espace suffisant, un permis de construire pour l’extension du bâtiment actuel sur 3 étages a été déposé en mairie de Toulon.
Les résidents trouvent ici le gîte, le couvert et entourés de l’équipe constitué de 12 personnes, ils peuvent dans un environnement sécurisé et stabilisé mettre en place leur projet qu’il soit lié à l’emploi, la formation, la santé, le logement. C’est le cas de Guy, 40 ans, nantais d’origine arrivé à Toulon en mars et résident à Saint-Louis depuis le 12 juin. « J’ai connu la prison durant deux ans, l’alcool, j’ai déconné et préféré m’éloigner de mon univers d’avant ». Après le squat, il est arrivé à Saint-Louis. « Ici, on a une structure qui a les moyens de nous aider mais c’est aussi à nous de vouloir ». Lui sait ce qu’il veut : il va se former aux métiers du bâtiment avec l’AVAF. Objectif : décrocher un travail puis financer son permis de conduire et ensuite se lancer dans la vente de crêpes en ambulant.
Quant à Alain, son objectif est de décrocher un travail pour s’en sortir seul et cotiser pour sa retraite. « J’ai commencé à travailler à 14 ans et à 59 ans et il me manque des trimestres. Le RMI n’est pas une solution, je veux pouvoir un jour faire valoir mes droits à la retraite comme tout le monde. Ce qui me plaît ici, c’est que l’on nous oriente, on nous donne des pistes pour avancer dans toutes les démarches ».

Plus d'info
Maison Saint Louis Logivar tel 04 94 91 34 25

cliquez ici

Mort au coin de la rue…
Contre l'indifférence et l'oubli, création d'un Collectif varois.

Le Collectif varois pour le morts de la rue est né le 21 décembre pour qu'aucune des personnes disparues dans la solitude ne meure une seconde fois du fait de l'indifférence et de l'oubli de la société.

Le Collectif les Morts de la Rue a été créée en 2002 à Paris pour que les personnes décédées dans la rue, souvent exclues de la société de leur vivant, ne soit pas abandonnées une seconde fois dans la mort.
Deux fois par an, le collectif édite un faire-part où l'on peut lire les noms de ces morts solitaires et organise deux célébrations l'une laïque et l'autre interreligieuse pour leur rendre hommage et interpeller pouvoirs publics, associations, partenaires, médias sur ces morts souvent prématurées.
En effet, alors que l'espérance de vie dans notre pays se situé autour de 80 ans, les morts de la rue ont en moyenne 48 ans. Même sous des cieux plus cléments –mais en apparence seulement-, le Var n'échappe pas à cette règle. En 2007, 25 personnes seraient mortes dans la rue –probablement plus- mais il n'existe pas de chiffres officiels. Ce sont les associations travaillant auprès des exclus et sans abri qui sont aussi les mieux placées pour mesurer l'horreur de la situation. Et quoi que l'on puisse en penser, c'est en été que les morts dans la rue sont les plus nombreuses. Car la chaleur aggrave certains symptômes et la compassion est moins forte qu'en hiver…
Or, en toute saison, les gens de la rue doivent affronter la solitude qui se prolonge souvent aussi dans la mort.
Depuis 25 ans, la diaconie a le souci d'accompagner dignement ces disparus et la journée du 17 octobre constituait déjà un temps de mémoire pour leur rendre hommage. Par ailleurs, des liens existent depuis 2002 avec le collectif national et depuis deux ans, les morts de la rue varois sont honorés par ce dernier. La réflexion menée depuis le drame des migrants repêchés en mer, les trois décès survenus en quelques jours à la mi-décembre ont décidé plusieurs associations à lancer le collectif varois pour les morts de la rue mais en s'ouvrant à l'universel. Qu'ils soient morts dans les rues varoises ou aient péri en mer, tous ces gens venaient de quelque part avec leur histoire et leur humanité. Le 21 décembre, la veillée de partage autour des sans abri qui a lieu depuis 7 ans la première nuit de l'hiver, a permis de fédérer des accompagnants et des accompagnés autour du projet.
Plusieurs associations varoises ont été contactées. La réunion du 30 janvier sera décisive pour la création officielle du collectif et la mise en place des actions à mener.

Associations contactées : Amis de Jéricho, Fraternité Saint Laurent, Secours catholique, Samu Social, Communion Saint Lazare, Sichem, Union diaconale du Var…

Plus d'info
Site national : www.mortsdelarue.org

cliquez ici


Formations





IOTA est la lettre électronique d'informations de l'union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)