N°98
29 janvier 2008


Déjà le numéro 98 de Iota

Depuis le 8 septembre 2003, cette petite lettre d'information circule dans le Var et au-delà.

Dans l'édito du numéro 1 j'écrivais : "Travailler en réseau, c'est se donner les moyens de mieux agir en se serrant les coudes, pour remettre l'homme debout. Chacun à sa place dans cette dynamique, qu'il soit partenaire associatif ou institutionnel, bénévole, salarié ou ami."

Nous croyons, à travers les retours de certains d'entre vous, que l'ambition affichée de Iota de tisser du lien a réussi, et certainement au-delà.
Pour le numéro 100 nous voulons vous donner la parole et partager avec vous ces résultats. Nous souhaiterions recueillir vos témoignages sur les retombées concrètes qui ont peut-être suivi la publication d'un article, sur la manière dont la lecture d'un article a pu servir de partage d'expérience, aider un projet à émerger, permettre de mieux connaître tel sujet ou telle association… ou d'autres choses à partager.
Ces témoignages pourront être les prémices d'une nouvelle forme d'interactivité dans Iota, qui se concrétisera dans le nouveau site internet de l'UDV prévu pour le mois mars.

Merci par avance de votre temps donné pour cela, merci de votre soutien!

Gonzague de Fombelle
Chef de Projet de l’UDV




Les Roms, une nouvelle mission pour Sichem

Première minorité européenne, les Roms sont un vrai défi pour notre société : rejetés de pays en pays, même de la Roumanie, ils font l'expérience permanente de la misère, de l'exclusion et des préjugés les plus tenaces qui permettent au racisme de retrouver de l'arrogance!
Sans abri et mal vêtis, avec des enfants scolarisables mais non scolarisés, la plupart des Roms sans ressources doivent faire la manche ou fouiller des poubelles pour manger. Objet de nombreux aprioris, cette population difficile à prendre en charge dans les associations peut révéler toute sa richesse quand on sait adapter les dispositifs à sa réalité et non l'inverse…

"Romana, une jeune mère de deux enfants qui en attendait un troisième, nous raconte que ses démarches auprès d'une assistante sociale du Conseil Général pour chercher du travail ont été vaines car elle n'avait pas de logement… parallèlement, l'unique solution d'hébergement qui s'offrait à elle était un foyer d'accueil dans lequel elle devait se rendre sans son mari… Aucune structure n'a finalement été en mesure de prendre en charge cette famille. Aujourd'hui, son mari est reparti en Roumanie pour des raisons de santé et Romana a perdu l'enfant qu'elle portait. Après une garde à vue de plusieurs heures en compagnie d'une vingtaine d'autres Roms pour avoir "utilisé frauduleusement l'électricité" du squat qu'ils occupaient et la fermeture inattendue de ce squat, elle est candidate au rapatriement humanitaire."
Nous livrant cette histoire, Fernand Koko, stagiaire du Sichem, nous confie "Il émane des Roms une qualité d'accueil et une joie dans le cœur d'autant plus impressionnantes qu'ils vivent dans des conditions matérielles très dures". Cet exemple vécu est une illustration des nombreux cas similaires qui se présentent à Sichem depuis que l'association a reçu un mandat des services de l'Etat pour s'occuper plus spécifiquement de la population Rom.

Dans la logique de sa mission première autour de l'accueil de l'étranger, la nouvelle mission confiée à l'association Sichem par l'Etat doit aboutir à la réalisation d'un état des lieux sur la population Rom et les structures impliquées dans sa prise en charge. Sichem est appelé à devenir une plateforme pour harmoniser les énergies et accompagner les personnes de manière plus cohérente, plus humaine et plus efficace. Dans cet objectif, une importante mission de médiation est en cours de construction sur les sites de Fréjus et de Toulon, en partenariat avec les acteurs déjà bien implantés localement (particulièrement le Secours catholique et plusieurs associations membres de l'UDV) et en développant de nouveaux partenariats associatifs ou institutionnels.
Au-delà du seul état des lieux, Sichem, en partenariat avec Caritas Roumanie, la Fondation abbé Pierre, le CCFD et le Collectif Romeurope, se donne pour objectif d'établir le plus de contacts possibles avec la Roumanie pour, petit à petit, transformer le rapatriement de population en véritable accompagnement des personnes et des familles jusqu'à leur reconstruction et leur réintégration sur place. Quant à ceux qui ne souhaitent pas retourner en Roumanie, c'est alors un autre travail d'accompagnement qui leur sera proposé pour trouver avec chacun les bonnes solutions d'insertion.
Le travail ne manque pas : l'association Sichem recherche des bénévoles ayant des contacts avec la Roumanie, ou tout simplement des personnes disponibles pour l'aider dans ses démarches.

Plus d'info
Sichem
4, rue Pierre Sémard 83000 TOULON
04 94 24 89 20

Le mémo...
- Campagne du CCFD : "Roms, citoyens à part entière"
Visitez le site Internet http://www.a-part-entiere.org
- Vous pouvez également vister le site du collectif Romeurope qui donne de nombreuses information sur cette problématique http://www.romeurope.org.
- Enfin, le Site de Caritas Roumanie : http://www.caritas.org.ro.

Une charte et un label pour des achats publics solidaires

En protégeant l'environnement, en instaurant des relations durables entre les acteurs économiques et en assurant une juste rémunération des producteurs les plus défavorisés, le commerce équitable est un outil incontournable de promotion du développement durable.
Le label Var équitable, lancé ce 22 janvier va permettre aux communes varoises d'afficher désormais haut et fort leur attachement ces valeurs.

Près de 150 personnes se pressaient mardi dans les salons de l'hôtel Mercure de Toulon pour le lancement de l'opération "Var Equitable" organisée par le COVACEQ. Après un temps de présentation de la charte aux personnalités présentes, cinq premières communes varoises l'ont signée et ont ainsi reçu le label "Var équitable". "Aux termes de la charte,nous explique Yves de KERMEL, président du Collectif, les communes de La Valette du Var, Correns, Sanary, La Garde et Le Pradet se sont engagées d'une part, à effectuer des achats de produits issus du commerce équitable (pour les cantines scolaires, les distributeurs de boissons, les réceptions officielles, les arbres de Noël,...), et d'autre part, à favoriser des manifestations de sensibilisation du public au commerce équitable."

En France et dans le Var de plus en plus de consommateurs, soucieux de donner du sens à leur acte d'achat veulent agir en consommateurs responsables, en citoyens solidaires. L'Etat a publié en 2007 un plan national d'action pour les achats publics durables et le Var est l'un des premiers départements français à s'engager dans la démarche. Pour aider les acteurs publics à mieux s'impliquer, le COVACEQ a édité un guide pratique qui va être adressé à toutes les communes du Var.
Cet outil, téléchargeable sur le site http://www.var-equitable.org/, leur permet de traduire une volonté politique en réalité concrète. On y trouve en particulier la liste des produits existants sur le marché et celle des fournisseurs. Les élus des communes du Var vont ainsi disposer de tous les outils nécessaires pour que notre département soit à la pointe du combat pour le commerce équitable, volet essentiel du développement durable. La publication, chaque mois, de la liste des nouveaux signataires permettra d'ailleurs de suivre l'évolution de l'implication des communes.

Plus d'info
Covaceq
Collectif varois pour le commerce équitable

Le mémo...
- Pour toutes informations complémentaires sur le Collectif Varois sur le Commerce Equitable (COVACEQ), vous pouvez consulter le site Internet www.covaceq.org


Formations





IOTA est la lettre électronique d'informations de l'union diaconale du Var http://udv.free.fr
Ecrivez nous à l'adresse
[email protected]
ou par courrier
Centre ressources interassociatif de l'UDV
17, bd Cdt Nicolas
83000 Toulon
(France)